26 November 2014

Charles Plessy

Lecture de debian-private via SSH

Je me suis récemment aperçu que l'on peut consulter les archives de debian-private via SSH. Je trouve que c'est un bon compromis entre l'abonnement et l'ignorance. Voici par exemple la commande pour Novembre.

ssh -t master.debian.org mutt -f /home/debian/archive/debian-private/debian-private.201411

26 November, 2014 10:35AM

17 November 2014

Raphaël Hertzog

Mes activités libres en octobre 2014

Mon rapport mensuel couvre une grande partie de mes contributions au logiciel libre. Je l’écris pour mes donateurs (merci à eux !) mais aussi pour la communauté Debian au sens large parce que cela peut donner des idées aux nouveaux venus et que c’est également un des moyens les plus effectifs de trouver des volontaires pour travailler sur les projets qui me tiennent à cœur.

Travail d’empaquetage

Avec l’approche du gel effectif de Jessie, je me suis occupé d’empaqueter quelques nouvelles versions amont que je voulais voir incluses. J’ai commencé avec zim 0.62, ayant fait l’impasse sur la version 0.61 pour cause de régressions assez ennuyeuses. Et puisque j’avais deux rapports de bogues à transmettre, j’ai saisi cette opportunité pour discuter avec l’auteur amont et lui demander s’il avait des correctifs importants à inclure pour Jessie. Ce qui eut pour résultat l’envoi d’une autre mise à jour avec trois commits attentivement choisis depuis le dépôt Bazaar amont. J’ai également parrainé un rétroportage dans les dépôts wheezy-backports de cette nouvelle version.

J’ai poussé deux nouvelles versions correctives de Publican (4.2.3 et 4.2.6), mais j’ai du y inclure une solution de contournement pour un bogue que j’ai reporté plus tôt concernant docbook-xml (n°763598 : le catalogue XML ne permet pas à libxml2/xmllint d’identifier une copie locale de certains fichiers), et cela paraissait peu probable que cela soit correctement corrigé pour Jessie.

Last but not least, j’ai poussé la première révision mineure de Django 1.7 – également dénommée version 1.7.1 – vers unstable, et j’ai demandé aux responsables de la publication de s’assurer de son passage vers testing avant le gel effectif de Jessie. C’est important dans la mesure où plus nous sommes proches de l’amont, plus il est facile d’appliquer les correctifs de sécurité durant tout le cycle de vie de Jessie (qui je l’espère sera de 5 ans, grâce à Debian LTS !). J’ai également publié un rétroportage de python-django 1.7 vers les dépôts wheezy-backports.

J’ai enfin parrainé la publication d’un correctif de galette (0.7.8+dfsg-1), résolvant un bogue critique pour la publication, de sorte à ce que galette retourne dans testing (il en avait été enlevé du fait de ce bogue précisément).

Debian LTS

Vous pouvez prendre connaissance du travail rémunéré que j’ai effectué pour Debian LTS via le bulletin dédié. J’ai également consacré un certain temps à échanger avec les consultants Debian au sujet de nouvelles sociétés que nous pourrions contacter. De nouveaux sponsors sont attendus grâce à cette démarche, mais étant donné le très grand nombre de personnes que cela représente, j’en attendais plus. J’ai profité de cette opportunité pour rapporter toutes les entrées erronées (comme par exemple les rejets d’emails ou les URL mortes) au mainteneur de ladite page Web.

Distro Tracker

Seuls 30 commits ont été effectués ce mois-ci, avec presque aucune contribution extérieure. Je suis un petit peu peiné de cet état de fait dans la mesure où contribuer à ce projet n’est pas très compliqué, et que nous disposons d’une pelleté de bogues faciles à traiter pour vous mettre le pied à l’étrier.

Ceci étant dit je suis toujours content du travail accompli. La plupart des modifications ont été effectuées pour Kali, mais elles seront profitables à toutes les distributions dérivées : il est maintenant possible d’ajouter des dépôts externes dans le suiveur mais de ne pas les afficher dans la liste des versions disponibles, et de ne pas générer automatiquement de nouvelles à propos de ces dépôts. Une nouvelle application « dérivé » est maintenant disponible : elle n’en est qu’à ses balbutiements mais peut d’ores et déjà apporter une comparaison utile entre un dérivé et son parent. Vous pouvez la voir à l’oeuvre sur la page du suiveur Kali : http://pkg.kali.org/derivative/. Merci à Offensive Security pour avoir sponsorisé ce travail !

Dans la mesure où j’ai poussé Django 1.7 vers les dépôts wheezy-backports, toutes les instances de suiveurs de distribution que je gère ont été mis à jour avec cette version de Django, et j’ai opté pour rendre cette version obligatoire. Cela a permis de mettre en place la nouvelle fonctionnalité « migrations Django » pour gérer les futures mises à jour de schémas de base de données (j’ai volontairement évité tout changement de schéma jusqu’à aujourd’hui afin d’éviter les problèmes induits par le passage des migratinos gérées par South vers celles gérées par Django).

Merci

Rendez-vous au mois prochain pour un nouveau résumé de mes activités !

Ceci est une traduction de mon article My Free Software Activities in October 2014 contribuée par Weierstrass01.

Aucun commentaire pour le moment | Vous avez aimé ? Cliquez ici. | Ce blog utilise Flattr.

17 November, 2014 09:12AM par Raphaël Hertzog

Mon rapport Debian LTS d’octobre 2014

J’ai consacré dix heures rémunérées durant le mois d’octobre à travailler sur Debian LTS. J’aurais du travailler quatre heures de plus, mais pour diverses raisons cela n’a pas pu se faire. Je travaillerai donc quatre heures supplémentaires au mois de novembre.

Durant ces dix heures donc, j’ai effectué le travail suivant :

  • Tri de bogues CVE : j’ai poussé ce mois-ci 23 commits vers le dépôt SVN du suiveur de sécurité, et créé le rapport de bogue n°765352 concernant wpa;
  • J’ai publié une mise à jour pour mysql-5.1 (DLA-75-1), corrigeant trois CVE;
  • J’ai sponsorisé l’envoi de ppp version 2.4.5-4+deb6u1 corrigeant DLA-74-1, qui avait été préparé par Andrew Bartlett ;
  • J’ai envoyé une nouvelle version d’apache2 (DLA-71-1), corrigeant 2 CVE ;
  • J’ai créé quelques rapports de bogues concernant debian-security-support et demandant que certains paquets soient marqués comme non supportés dans Squeeze : cf. n°765374 pour axis2c et rampart, n°765452 pour une nouvelle fonctionnalité devant permettre aux paquets binaires d’être marqués comme non supportés, de sorte que glassfish-appserv soit répertorié en tant que tel (n°765454).

Après quelques mois de travail sur Debian LTS, je commence à avoir une meilleure vision du workflow et de ce qui peut être fait ou pas fait. Mais je suis toujours abasourdi de compter si peu d’utilisateurs de Squeeze sur la liste de diffusion. Si vous utilisez toujours Squeeze, inscrivez-vous s’il vous plaît à cette liste et testez les paquets soumis pour test/évaluation par les contributeurs. Cela nous aide vraiment d’avoir un retour des « vrais » utilisateurs avant de publier une mise à jour, en particulier lorsque le contributeur Debian qui l’a préparée n’est pas un utilisateur dudit paquet… tout le monde n’a pas les compétences requises pour préparer une mise à jour de sécurité, mais tout le monde peut aider à tester des paquets, vous n’avez pas d’excuses ! ;-)

Et nous sommes toujours à la recherche de nouvelles organisations rejoignant le projet LTS, soit en apportant de l’aide (comme Catalyst le fit en laissant Andrew Bartlett travailler sur LTS, merci à eux !) ou en sponsorisant le projet et en permettant aux autres de faire le travail.

Ceci est une traduction de mon article My Debian LTS report for October 2014 contribuée par Weierstrass01.

Aucun commentaire pour le moment | Vous avez aimé ? Cliquez ici. | Ce blog utilise Flattr.

17 November, 2014 09:09AM par Raphaël Hertzog

16 November 2014

Vincent Bernat

Préparer des règles Netfilter dans un espace de nommage réseau

Souvent, les règles d’un pare-feu sont mises en place à l’aide d’un script faisant appel aux commandes iptables et ip6tables. Cela permet notamment d’utiliser des variables et des boucles. Il y a cependant trois inconvénients majeurs à cette méthode :

  1. Pendant toute la durée du script, le pare-feu est temporairement incomplet : les nouvelles connexions peuvent ne pas être autorisées à s’établir ou, inversement, le pare-feu peut autoriser des flux qui ne devraient pas l’être. Les règles de NAT nécessaires au bon fonctionnement du routeur peuvent également être absentes.

  2. Si une erreur survient, le pare-feu reste dans un état intermédiaire. Il est alors nécessaire de s’assurer que les règles autorisant l’accès à distance soient placées très tôt pour garder la main. Un système de retour automatique à la précédente version est également nécessaire pour corriger la situation rapidement.

  3. Construire de nombreuses règles peut être très lent. Chaque appel à ip{,6}tables va rapatrier l’ensemble des règles du noyau, ajouter la règle voulue et renvoyer le tout au noyau.

Avec iptables-restore

Une façon classique de résoudre ces trois aspects et de construire un fichier de règles qui sera lu par iptables-restore et ip6tables-restore1. Ces outils envoient en une seule passe les règles au noyau qui les applique de manière atomique. Habituellement, un tel fichier est construit par ip{,6}tables-save mais un script peut également faire l’affaire.

La syntaxe comprise par ip{,6}tables-restore est similaire à celle de ip{,6}tables. Cependant, chaque table dispose de son propre bloc et les chaînes doivent être déclarées différemment. Voyons un exemple :

$ iptables -P FORWARD DROP
$ iptables -t nat -A POSTROUTING -s 192.168.0.0/24 -j MASQUERADE
$ iptables -N SSH
$ iptables -A SSH -p tcp --dport ssh -j ACCEPT
$ iptables -A INPUT -i lo -j ACCEPT
$ iptables -A OUTPUT -o lo -j ACCEPT
$ iptables -A FORWARD -m state --state ESTABLISHED,RELATED -j ACCEPT
$ iptables -A FORWARD -j SSH
$ iptables-save
*nat
:PREROUTING ACCEPT [0:0]
:INPUT ACCEPT [0:0]
:OUTPUT ACCEPT [0:0]
:POSTROUTING ACCEPT [0:0]
-A POSTROUTING -s 192.168.0.0/24 -j MASQUERADE
COMMIT

*filter
:INPUT ACCEPT [0:0]
:FORWARD DROP [0:0]
:OUTPUT ACCEPT [0:0]
:SSH - [0:0]
-A INPUT -i lo -j ACCEPT
-A FORWARD -m state --state RELATED,ESTABLISHED -j ACCEPT
-A FORWARD -j SSH
-A OUTPUT -o lo -j ACCEPT
-A SSH -p tcp -m tcp --dport 22 -j ACCEPT
COMMIT

La table nat et la table filter disposent chacune de leur bloc. La chaîne SSH est déclarée en haut du bloc de la table filter avec les autres chaînes par défaut.

Voici un script qui détourne les commandes ip{,6}tables afin de construire un tel fichier (en s’appuyant massivement sur Zsh2) :

#!/bin/zsh
set -e

work=$(mktemp -d)
trap "rm -rf $work" EXIT

# ➊ Redefine ip{,6}tables
iptables() {
    # Intercept -t
    local table="filter"
    [[ -n ${@[(r)-t]} ]] && {
        # Which table?
        local index=${(k)@[(r)-t]}
        table=${@[(( index + 1 ))]}
        argv=( $argv[1,(( $index - 1 ))] $argv[(( $index + 2 )),$#] )
    }
    [[ -n ${@[(r)-N]} ]] && {
        # New user chain
        local index=${(k)@[(r)-N]}
        local chain=${@[(( index + 1 ))]}
        print ":${chain} -" >> ${work}/${0}-${table}-userchains
        return
    }
    [[ -n ${@[(r)-P]} ]] && {
        # Policy for a builtin chain
        local index=${(k)@[(r)-P]}
        local chain=${@[(( index + 1 ))]}
        local policy=${@[(( index + 2 ))]}
        print ":${chain} ${policy}" >> ${work}/${0}-${table}-policy
        return
    }
    # iptables-restore only handle double quotes
    echo ${${(q-)@}//\'/\"} >> ${work}/${0}-${table}-rules #'
}
functions[ip6tables]=${functions[iptables]}

# ➋ Build the final ruleset that can be parsed by ip{,6}tables-restore
save() {
    for table (${work}/${1}-*-rules(:t:s/-rules//)) {
        print "*${${table}#${1}-}"
        [ ! -f ${work}/${table}-policy ] || cat ${work}/${table}-policy
        [ ! -f ${work}/${table}-userchains || cat ${work}/${table}-userchains
        cat ${work}/${table}-rules
        print "COMMIT"
    }
}

# ➌ Execute rule files
for rule in $(run-parts --list --regex '^[.a-zA-Z0-9_-]+$' ${0%/*}/rules); do
    . $rule
done

# ➍ Execute rule files
ret=0
save iptables  | iptables-restore  || ret=$?
save ip6tables | ip6tables-restore || ret=$?
exit $ret

En ➊, une nouvelle fonction iptables() est définie et masque la commande du même nom. Elle tente de localiser le paramètre -t pour savoir quelle table est concernée par la règle. Si le paramètre est présent, la table est mémorisée dans la variable $iptables et le paramètre est retiré de la liste des arguments. La défintion d’une nouvelle chaîne avec -N ou la mise en place d’une politique par défaut avec -P sont également gérés.

En ➋, la fonction save() va émettre les règles qui seront lues par ip{,6}tables-restore. En ➌, les règles de l’utilisateur sont exécutées. Chaque commande ip{,6}tables appelle en réalité la fonction précédemment définie. Si aucune erreur n’est survenue, en ➍, les commandes ip{,6}tables-restore sont invoquées.

Cette méthode est parfaitement fonctionnelle3. Toutefois, la méthode suivante est bien plus élégante.

Avec un espace de nommage

Une approche hybride est de construire les règles avec ip{,6}tables dans un espace de nommage réseau (network namespace) puis de les sauver avec ip{,6}tables-save et enfin de les appliquer dans l’espace de nommage principal avec ip{,6}tables-restore.

#!/bin/zsh
set -e

alias main='/bin/true ||'
[ -n $iptables ] || {
    # ➊ Execute ourself in a dedicated network namespace
    iptables=1 unshare --net -- \
        $0 4> >(iptables-restore) 6> >(ip6tables-restore)
    # ➋ In main namespace, disable iptables/ip6tables commands
    alias iptables=/bin/true
    alias ip6tables=/bin/true
    alias main='/bin/false ||'
}

# ➌ In both namespaces, execute rule files
for rule in $(run-parts --list --regex '^[.a-zA-Z0-9_-]+$' ${0%/*}/rules); do
    . $rule
done

# ➍ In test namespace, save the rules
[ -z $iptables ] || {
    iptables-save >&4
    ip6tables-save >&6
}

En ➊, le script est réexécuté dans un nouvel espace de nommage réseau. Celui-ci dispose de ces propres règles de pare-feu qui peuvent être modifiées sans altérer celles de l’espace de nommage principal. La variable $ipatbles est utilisée pour déterminer quel est l’espace de nommage courant. Dans le nouvel espace de nommage, les fichiers de règles sont exécutés (➌). Ceux-ci contiennent l’appel aux commandes ip{,6}tables. Si une erreur survient, nous n’allons pas plus loin grâce à l’utilisation de set -e. Sinon, en ➍, les règles sont sauvegardées avec ip{,6}tables-save et envoyées dans l’espace de nommage principal en utilisant les descripteurs de fichier dédiés à cet effet.

L’exécution dans l’espace de nommage principal continue en ➊. Les résultats de ip{,6}tables-save sont envoyées à ip{,6}tables-restore. À ce point, le pare-feu est presque fonctionnel. Les fichiers de règles sont toutefois rejoués (➌) mais les commandes ip{,6}tables sont neutralisées (➋) de façon à ce que les éventuelles autres commandes, comme par exemple l’activation du routage IP, soient exécutées.

Le nouvel espace de nommage ne dispose pas du même environnement que l’espace de nommage principal. Notamment, il ne contient pas d’interfaces réseau. Il n’est donc pas possible de consulter ou de configurer des adresses IP. Lorsque des commandes ne peuvent être exécutées que dans l’espace de nommage principal, il est nécessaire de les préfixer par main :

main ip addr add 192.168.15.1/24 dev lan-guest

Jetez un coup d’œil à un exemple complet sur GitHub.


  1. iptables-apply est un autre outil pratique. Il applique un fichier de règles et revient automatiquement en arrière si l’utilisateur ne confirme pas le changement dans un laps de temps donné. 

  2. Zsh contient des primitives assez puissantes pour manipuler les tableaux. De plus, il ne nécessite pas d’utiliser les guillemets autour de chaque variable pour éviter leur découpage lorsqu’elles contiennent des espaces. Cela rend le script bien plus robuste. 

  3. S’il fallait pinailler, il y a trois petits problèmes. Primo, lorsqu’une erreur survient, il peut être difficile de savoir quelle partie du script l’a provoquée car on ne dispose que de la ligne dans le fichier de règles qui a été généré. Deuzio, une table peut être utilisée avant d’être définie ce qui peut faire passer inaperçu certaines erreurs dues à un copier/coller. Tertio, l’application de la partie IPv4 peut réussir alors que la partie IPv6 a échoué ou vice-versa. Ces problèmes n’existent pas avec la deuxième méthode. 

16 November, 2014 03:28PM par Vincent Bernat

Intel Wireless 7260 comme point d'accès

Mon routeur personnel contient une carte wifi carte Intel Dual-Band Wireless-AC 7260 afin de servir de point d’accès. Cette carte supporte les normes 802.11ac (en 5 GHz) et 802.11n (à la fois en 5 GHz et en 2.4 GHz). Bien qu’elle ait bonne réputation en mode client, ce n’est pas vraiment le choix idéal pour un point d’accès.

$ lspci -k -nn -d 8086:08b1
03:00.0 Network controller [0280]: Intel Corporation Wireless 7260 [8086:08b1] (rev 73)
        Subsystem: Intel Corporation Dual Band Wireless-AC 7260 [8086:4070]
        Kernel driver in use: iwlwifi

En bref : optez plutôt pour une carte Atheros.

Limitations

Tout d’abord, une carte dite « double bande » ne peut utiliser qu’une seule bande de fréquences à la fois car elle ne dispose généralement que d’une seule radio. Quasiment toutes les cartes wifi ont cette limitation. Pour construire un point d’accès supportant les deux bandes à la fois, deux cartes sont nécessaires.

5 GHz

Il est impossible de mettre en place un point d’accès 5 GHz avec cette carte. Le microcode embarqué ne le permet pas. Cela peut se vérifier avec la commande iw :

$ iw reg get
country CH: DFS-ETSI
        (2402 - 2482 @ 40), (N/A, 20), (N/A)
        (5170 - 5250 @ 80), (N/A, 20), (N/A)
        (5250 - 5330 @ 80), (N/A, 20), (0 ms), DFS
        (5490 - 5710 @ 80), (N/A, 27), (0 ms), DFS
        (57240 - 65880 @ 2160), (N/A, 40), (N/A), NO-OUTDOOR
$ iw list
Wiphy phy0
[...]
        Band 2:
                Capabilities: 0x11e2
                        HT20/HT40
                        Static SM Power Save
                        RX HT20 SGI
                        RX HT40 SGI
                        TX STBC
                        RX STBC 1-stream
                        Max AMSDU length: 3839 bytes
                        DSSS/CCK HT40
                Frequencies:
                        * 5180 MHz [36] (20.0 dBm) (no IR)
                        * 5200 MHz [40] (20.0 dBm) (no IR)
                        * 5220 MHz [44] (20.0 dBm) (no IR)
                        * 5240 MHz [48] (20.0 dBm) (no IR)
                        * 5260 MHz [52] (20.0 dBm) (no IR, radar detection)
                          DFS state: usable (for 192 sec)
                          DFS CAC time: 60000 ms
                        * 5280 MHz [56] (20.0 dBm) (no IR, radar detection)
                          DFS state: usable (for 192 sec)
                          DFS CAC time: 60000 ms
[...]

Alors que la bande des 5 GHz est autorisée par le CRDA (le composant logiciel qui indique le domaine de réglementation actuel), toutes les fréquences sont marquées en no IR. Voici l’explication de ce drapeau:

Le drapeau no-ir permet d’interdire toute possibilité d’initier une transmission radio, y compris l’envoi de sondes (beacons). Ainsi, les interfaces AP/IBSS/Mesh/GO ne peuvent initier une communication sur ces canaux tant que le drapeau est présent.

SSID multiples

Cette carte ne peut publier qu’un seul SSID. La possibilité d’en émettre plusieurs est intéressante pour pouvoir proposer un réseau public (routé à travers Tor), un réseau invité pour les personnes de passage et un réseau privé. La commande iw confirme cette limitation :

$ iw list
        valid interface combinations:
                 * #{ managed } <= 1, #{ AP, P2P-client, P2P-GO } <= 1, #{ P2P-device } <= 1,
                   total <= 3, #channels <= 1

À titre de comparaison, voici ce que la même commande renvoie pour une carte Atheros capable de publier 8 SSID simultanément :

$ iw list
        valid interface combinations:
                 * #{ managed, WDS, P2P-client } <= 2048, #{ IBSS, AP, mesg point, P2P-GO } <= 8,
                   total <= 2048, #channels <= 1

Configuration en point d’accès

Nonobstant ces limitations, la carte fonctionne correctement en point d’accès. Voici la configuration que j’utilise avec hostapd :

interface=wlan-guest
driver=nl80211

# Radio
ssid=XXXXXXXXX
hw_mode=g
channel=11

# 802.11n
wmm_enabled=1
ieee80211n=1
ht_capab=[HT40-][SHORT-GI-20][SHORT-GI-40][DSSS_CCK-40][DSSS_CCK-40][DSSS_CCK-40]

# WPA
auth_algs=1
wpa=2
wpa_passphrase=XXXXXXXXXXXXXXX
wpa_key_mgmt=WPA-PSK
wpa_pairwise=TKIP
rsn_pairwise=CCMP

L’utilisation du canal 11 impose de se limiter au 802.11n HT40-. La page de Wikipedia sur le 802.11n contient un tableau permettant de savoir si on peut utiliser HT40-, HT40+ ou les deux.

16 November, 2014 03:27PM par Vincent Bernat

09 November 2014

Charles Plessy

\"J'étudie

# SOME DESCRIPTIVE TITLE # Copyright (C) YEAR Free Software Foundation, Inc. # This file is distributed under the same license as the PACKAGE package. # FIRST AUTHOR <email>, YEAR. # #, fuzzy msgid "" msgstr "" "Project-Id-Version: PACKAGE VERSION\n" "POT-Creation-Date: 2014-11-09 12:33+0000\n" "PO-Revision-Date: YEAR-MO-DA HO:MI+ZONE\n" "Last-Translator: FULL NAME <email>\n" "Language-Team: LANGUAGE <ll>\n" "Language: \n" "MIME-Version: 1.0\n" "Content-Type: text/plain; charset=UTF-8\n" "Content-Transfer-Encoding: 8bit\n" #. type: Plain text #, no-wrap msgid "\n" msgstr "" #. type: Plain text #, no-wrap msgid "\n" msgstr "" #. type: Plain text #, no-wrap msgid "\n" msgstr "" #. type: Plain text #, no-wrap msgid "\n" msgstr "" #. type: Plain text msgid "" "En début d'année, au fil de quelques discussions autour d'un café, un " "collègue (salut François !) m'a fait découvrir la programmation " "fonctionelle. Il m'a vanté les mérites de Haskell et OCaml, et j'ai choisi " "le premier car les articles du blog de Joey Hess que j'avais lu sur " "planet.debian.org avaient déjà piqué mon intérêt à ce sujet." msgstr "" #. type: Plain text msgid "" "Je n'ai pas encore fini d'étudier Haskell, mais comme prévu c'est à la fois " "difficile et très stimulant. C'est aussi très chronophage et cela se " "ressent sur mes contributions à Debian Med, plutôt réduites cette année." msgstr "" #. type: Plain text msgid "" "Mon premier objectif est de réécrire " "[Umegaya](http://umegaya.branchable.com), qui utilise Perl et Berkeley DB " "actuellement et que je ne parviens pas à débugger." msgstr ""

09 November, 2014 12:40PM

24 September 2014

Debian France

Debian France reconnu comme Debian Trusted Organization

Debian France reconnu comme Debian Trusted Organization

Grâce à la refonte des statuts de l'association, Debian France est maintenant reconnue officiellement comme étant une Trusted Organization. Ainsi, l'association Debian France est habilitée à recevoir des fonds au nom de Debian et procéder à des dépenses pour le projet.

L'annonce a été réalisée par Lucas Nussbaum, Debian Project Leader.

24 September, 2014 07:14AM

23 September 2014

Debian France

BSP (chasse aux bugs) à Paris

BSP à Paris

A la mi-novembre 2014, du 14 au 16, une Bug Squashing Party (BSP ou Hackathon) est organisée dans les locaux de Mozilla à Paris.

Le principe d'une BSP est de réunir des contributeurs Debian avec comme objectif de clôturer autant de bugs que possible dans Debian.

Cet évènement est aussi l'occasion pour des contributeurs potentiels d'échanger avec des Debian Developers ou Maintainers. En effet, de nombreux contributeurs réguliers seront présents et pourront guider les moins expérimentés pour corriger leurs premiers bugs.

Pour des questions d'organisation, une inscription sur le wiki Debian ou Meetup.com est nécessaire.

Programme

Vendredi

10:00 - Ouverture
12:30 - Repas
18:00 - Fin de la journée

Samedi

10:00 - Ouverture
12:30 - Pizza
18:00 - Fin de la journée

Dimanche

10:00 - Ouverture
12:30 - Repas
18:00 - Fin de la journée

Accès

Les locaux se situent au 16 bis boulevard Montmartre (métro: Richelieu Drouot ou Grand Boulevard). Utilisez les interphones pour accéder aux bureaux. Durant le week end, pour accéder aux bureaux, des numéros de portable seront mis à disposition sur la porte principale.

Inscriptions:

23 September, 2014 10:30AM

12 September 2014

Stéphane Blondon

Key Signing Assistant (concept)

Dans les allées de la DebConf14, j’ai discuté avec Franklin de l’intérêt pour un développeur d’utiliser son téléphone portable lors d’une key signing party.

Les schémas sont un brouillon d’une utilisation possible du téléphone. L’objectif n’est pas de remplacer la rencontre réelle ou la validation mais juste d’aider à l’échange et validation des clefs.

Actuellement, ce n’est qu’un concept ; rien n’est implémenté.

Le principe général est d’utiliser le téléphone comme un terminal pour l’échange et la validation. Les données partent et reviennent sur la station de travail du développeur par l’intermédiaire d’un serveur web.

  • Le téléphone portable considéré doit être un smartphone ;
  • La seule autorisation à donner pour le téléphone est l’accès à internet ;
  • On considère que les échanges réseau sont fait en https. Je ne pense pas que ce soit indispensable mais il n’y a aucune raison de s’en priver.

Avant la key signing party

Le développeur dispose d’un téléphone sur lequel l’application est installée.
Le processus pour installer ses propres informations est le suivant :

Avant la key signing party

Pendant la key signing party

Le processus est à reproduire pour chaque participant.

Pendant la key signing party

Après la key signing party

Une fois rentré chez lui, le développeur récupère l’ensemble de ses validations sur sa machine de travail :

Après la key signing party

Qu’en pensez-vous ?

Source des schémas

Schémas réalisés avec Inkscape, à partir d’icônes Tango et Gnome-Tango.
Les fichiers svg et png sont disponibles dans le répertoire http://stephane.yaal.fr/ksa/.


12 September, 2014 07:18AM par ascendances

10 September 2014

Olivier Berger (pro)

Le MOOC Bases de données relationnelles est lancé

Nous venons de lancer la première édition du MOOC sur les bases de données relationnelles de Télécom SudParis. Au programme, de la théorie (algèbre relationnelle), de la pratique (dans SQLite dans les navigateurs basés sur WebKit, et plus tard dans PostgreSQL dans une box Vagrant basée sur Debian (voir post précédent)), des contenus et logiciels libres (autant que possible) et pas mal de rush pour finaliser tout ça dans le Moodle.

On débute avec plus de 800 inscrits à la fin du premier jour (y compris les 180 étudiants ingénieurs de 2ème année de Télécom SudParis, qui suivront le cours présentiel en parallèle du MOOC, et collaboreront avec les apprenants externes pour les travaux personnels).

Il est toujours possible de s’inscrire : le gros du travail commence en semaine 2 (qui commence lundi 15/09 à 00h00 heure de Paris).

10 September, 2014 07:53PM par Olivier Berger

20 August 2014

Aurélien Jarno

MIPS Creator CI20

I have received two MIPS Creator CI20 boards, thanks to Imagination Technologies. It’s a small MIPS32 development board:

mips-ci20

As you can see it comes in a nice packaging with a world-compatible power adapter. It uses a Ingenic JZ4780 SoC with a dual core MIPS32 CPU running at 1.2GHz with a PowerVR SGX540 GPU. The board is fitted with 1GB of RAM, 8GB of NOR flash, HDMI output, USB 2.0 ports, Ethernet + Wi-Fi + BlueTooth, SD card slot, IR receiver, expansion headers and more. The schematics are available. The Linux kernel and the U-Boot bootloader sources are also available.

Powering this board with a USB keyboard, a USB mouse and a HDMI display, it boots off the internal flash on a Debian Wheezy up to the XFCE environment. Besides the kernel, the Wi-Fi + Bluetooth firmware, and very few configuration changes, it runs a vanilla Debian. Unfortunately I haven’t found time to play more with it yet, but it looks already quite promising.

The board has not been formally announced yet, so I do not know when it will become available, nor the price, but if you are interested I’ll bring it to DebConf14. Don’t hesitate to ask me if you want to look at it or play with it.

20 August, 2014 08:52PM par aurel32

Olivier Berger (pro)

Building a lab VM based on Debian for a MOOC, using Vagrant + VirtualBox

We’ve been busy setting up a Virtual Machine (VM) image to be used by participants of a MOOC that’s opening in early september on Relational Databases at Telecom SudParis.

We’ve chosen to use Vagrant and VirtualBox which are used to build, distribute and run the box, providing scriptability (reproducibility) and making it portable on most operating systems.

The VM itself contains a Debian (jessie) minimal system which runs (in the background) PostgreSQL, Apache + mod_php, phpPgAdmin, and a few applications of our own to play with example databases already populated in PostgreSQL.

As the MOOC’s language will be french, we expect the box to be used mostly on machines with azerty keyboards. This and other context elements led us to add some customizations (locale, APT mirror) in provisioning scripts run during the box creation.

At the moment, we generate 2 variants of the box, one for 32 bits kernel (i686) and one for 64 bits kernel (amd64) which (once compressed) represent betw. 300 and 350 Mb.

The resulting boxes are uploaded to a self-hosting site, and distributed through vagrantcloud. Once the VM are created in VirtualBox, the typical VMDK drives file is around 1.3Gb.

We use our own Debian base boxes containing a minimal Debian jessie/testing, instead of relying on someone else’s, and recreate them using (the development branch version of) bootsrap-vz. This ensure we can put more trust in the content as it’s a native Debian package installation without MITM intervention.

The VM are meant to be run headless for the moment, keeping their size to the minimum, even though we also provide a script to install and configure a desktop environment based on XFCE4.

The applications are either used through vagrant ssh, for instance for SQL command-line in psql, or in the Web browser, for our own Web based SQL exerciser, or phpPgAdmin (see a demo screencast (in french, w/ english subtitles)), which can then be used even off-line by the participants, which also means this requires no servers availability for our IT staff.
<iframe allowfullscreen="allowfullscreen" frameborder="0" height="315" src="http://www.youtube.com/embed/sXZ3KGK5TCU?rel=0" width="420"></iframe>

The MOOC includes a section on PHP + SQL programming, whose exercises can be performed using a shared sub-folder of /vagrant/ which allows editing on the host with the favourite native editor/IDE, while running PHP inside the VM’s Apache + mod_php.

The sources of our environment are available as free software, if you’re interested to replicate a similar environment for another project.

As we’re still polishing the environment before the MOOC opening (on september 10th), I’m not mentioning the box URLs but they shouldn’t be too hard to find if you’re investigating (refering to the fusionforge project’s web site).

We don’t know yet how suitable this environment will be for learning SQL and database design and programming, and if Vagrant will bring more difficulties than benefits. Still we hope that the participants will find this practical, allowing them to work on the lab / exercises whenever and wherever they chose, removing the pain of installing and configuring a RDBMS on their machines, or the need to be connected to a cloud or to our overloaded servers. Of course, one limitation will be the requirements on the host machines, that will need to be reasonably modern, in order to run a virtualized Linux system. Another is access to high bandwidth for downloading the boxes, but this is kind of a requirement already for downloading/watching the videos of the MOOC classes ;-)

Big thanks go to our intern Stéphane Germain, who joined us this summer to work on this virtualized environment.

20 August, 2014 01:59PM par Olivier Berger

15 August 2014

Aurélien Jarno

Intel about to disable TSX instructions?

Last time I changed my desktop computer I bought a CPU from the Intel Haswell family, the one available on the market at that time. I carefully selected the CPU to make sure it supports as many instructions extensions as possible in this family (Intel likes segmentation, even high-end CPUs like the Core i7-4770k do not support all possible instructions). I ended-up choosing the Core i7-4771 as it supports the “Transactional Synchronization Extensions” (Intel TSX) instructions, which provide transactional memory support. Support for it has been recently added in the GNU libc, and has been activated in Debian. By choosing this CPU, I wanted to be sure that I can debug this support in case of bug report, like for example in bug#751147.

Recently some computing websites started to mention that the TSX instructions have bugs on Xeon E3 v3 family (and likely on Core i7-4771 as they share the same silicon and stepping), quoting this Intel document. Indeed one can read on page 49:

HSW136. Software Using Intel TSX May Result in Unpredictable System Behavior

Problem: Under a complex set of internal timing conditions and system events, software using the Intel TSX (Transactional Synchronization Extensions) instructions may result in unpredictable system behavior.
Implication: This erratum may result in unpredictable system behavior.
Workaround: It is possible for the BIOS to contain a workaround for this erratum.

And later on page 51:

Due to Erratum HSw136, TSX instructions are disabled and are only supported for software development. See your Intel representative for details.

The same websites tell that Intel is going to disable the TSX instructions via a microcode update. I hope it won’t be the case and that they are going to be able to find a microcode fix. Otherwise it would mean I will have to upgrade my desktop computer earlier than expected. It’s a bit expensive to upgrade it every year and that’s a the reason why I skipped the Ivy Bridge generation which didn’t bring a lot from the instructions point of view. Alternatively I can also skip microcode and BIOS updates, in the hope I won’t need another fix from them at some point.

15 August, 2014 04:02PM par aurel32

15 July 2014

Stéphane Blondon

DebConf sur la planète

Cette année, la conférence Debian annuelle aura lieu à Portland, aux États-Unis. Comme l’année dernière, j’y participerai. :)

Participation à la conférence Debian

Cette conférence sera la quinzième du nom. Voici une carte des différentes DebConf (passées en rouge, la prochaine en blanc et celle de l’année prochaine en jaune).

debconf14_planet

Jusqu’ici les conférences ont eu lieu alternativement en Europe et en Amérique (du Nord, centrale ou du Sud). Ce sera aussi le cas en 2015 puisque la conférence aura lieu en Allemagne à Heidelberg.

Réalisation de la carte

La carte diffère légèrement de celle réalisée l’année dernière (pour DebConf13) grâce quelques changements de configuration d’xplanet.

Commande utilisée

xplanet -transpng debconf14_planet.png -geometry 1024x512 -projection peters -config debconf14_planet.conf -num_times 1

Deux paramètres ont été modifiés :

  • La carte utilise une projection de Peters plutôt qu’une projection de Mercator. Pour cela, il suffit de remplacer -projection mercator par -projection peters.
  • Avec cette projection, la taille de la Terre n’est pas la même et la zone vide est rempli par défaut par un ciel étoilé. Il est aussi possible de choisir une couleur unie ou sa propre image de fond. Remplacer le paramètre -output par -transpng pour définir le fichier de sortie permet d’avoir un fond transparent.

Fichier debconf14_planet.conf

[earth]
shade=100
marker_file=coords.txt
marker_fontsize=15
map=night.jpg

L’ajout de map permet de définir l’image à utiliser à la place de l’image par défaut. Ici, on obtient une image de la Terre de nuit (qui provient de /usr/share/xplanet/images/night.jpg).

Fichier coords.txt

+44.80 +0.58 "0&1" #Bordeaux, France
+43.65 -79.38 "2" #Toronto, Canada
+59.92 +10.75 "3" #Oslo, Norway
-29.99 -51.22 "4" #Porto Alegre, Brazil
+60.22 +24.66 "5" #Espoo, Finland
+18.91 -98.97 "6" #Oaxtepec, Mexico
+55.96 -3.19 "7" #Edinburgh, Scotland
-37.96 -57.59 "8" #Mar del Plata, Argentina
+39.60 -6.08 "9" #Extremadura, Spain
+40.74 -74.00 "10" #New York City, USA
+44.78 +17.21 "11" #Banja Luka, Republika Srpska, Bosnia and Herzegovina
+12.14 -86.25 "12" #Managua, Nicaragua
+46.87 +6.75 "13" #Le Camp, Vaumarcus, Switzerland
+45.53 -122.67 "14" color=white #Portland, Oregon, USA
+49.24 +8.42 "15" color=yellow #Heidelberg, Germany

Le fichier a simplement été mis à jour (ajout d’Heidelberg, décalage des couleurs).

À bientôt !


15 July, 2014 08:56PM par ascendances

16 April 2014

Tanguy Ortolo

Signing party au salon Solutions Linux le 20 mai 2014

En ces temps troublés, il est important de sécuriser nos échanges d'information — en chiffrant — ainsi que la distribution de logiciels — en signant les publications.

À cette fin, le salon Solutions Linux, Libres et Open Source sera l'occasion d'une signing party PGP, le 20 mai 2014 à 18h près du stand Debian France. Cette signing party est ouverte à tous les visiteurs et exposants du salon.

Pour faciliter les échanges d'empreintes de clefs en cas d'affluence, il est possible que nous utilisions une liste officielle de participants selon le protocole de Zimmermann-Sassaman. Pour préparer cela, il est demandé aux participants de me contacter en m'envoyant leur clef publique. Selon la méthode de signing party retenue, je publierai ultérieurement des instructions plus précises.

16 April, 2014 06:45PM par Tanguy

15 April 2014

Florent Gallaire

Lucas 2.0

Lucas Nussbaum vient d’être réélu Debian Project Leader.

Comme on peut le constater sur ce graphe, il a obtenu 47 voix de plus que Neil McGovern :

Une analyse plus précise des votes permet d’en calculer une représentation plus “classique” du point de vue des habitudes électorales, et donc plus compréhensible pour la majorité des gens :

Lucas Nussbaum : 56,5%
Neil McGovern : 43,5%

C’est bien une large victoire de Lucas, mais aussi une défaite très honorable pour Neil, qui se positionne donc comme un prétendant sérieux à la victoire l’année prochaine.

flattr this!

15 April, 2014 04:36PM par fgallaire

11 April 2014

Roland Mas

37

C'est l'heure d'un marronnier de ce blog : la petite chronique numérologique du 11 avril. Celle-ci sera consacrée au nombre 37.

Nombre premier, premier irrégulier, premier cubain, cousin avec 41, hexagonal centré et étoilé, c'est aussi le numéro atomique du rubidium et ça nous fait une belle jambe.

Et c'est un nombre qui colle particulièrement bien à la journée d'aujourd'hui (qui, si jamais les générations futures s'y intéressent, s'annonce pour être belle et douce, avec peut-être un petit voile nuageux).

11 April, 2014 08:06AM

04 April 2014

Florent Gallaire

Quel DPL pour 2014 ?

Le temps passe vite, et cela fait déjà presque un an que Lucas Nussbaum a été élu Debian Project Leader (DPL). Chaque développeur Debian pouvait donc se porter candidat entre le 3 et le 9 mars à la suite du traditionnel appel à candidatures.

Dès le 13 février, anticipant quelque peu sur le calendrier, Lucas avait exprimé le souhait de se représenter :

As it has been done by other DPLs in the past, I think that it makes sense for the DPL to announce his/her plans way before the next DPL election.

So, let’s do that now: I will run for reelection.

Après ses précédentes tentatives infructueuses de 2004, 2012 et 2013, Gergely Nagy s’était représenté, mais il a finalement dû se résoudre à retirer sa candidature :

Due to unexpected events, my plans and life got turned upside down (for the better) in the past few days, and because of that, I have to scale down a number of things. Unfortunately, running for DPL is one such thing.[...] Therefore, after a lot of thought, I’m withdrawing from the Debian Project Leader elections of 2014.

Le seul concurrent de Lucas est donc finalement Neil McGovern. Le plus important est bien sûr de lire les programmes de chacun des candidats :

Les presque mille développeurs Debian sont libres de faire leur choix depuis le 31 mars et jusqu’au 13 avril lors d’un vote utilisant la méthode Condorcet.

Vous pouvez retrouver tous les débats de la campagne sur la mailing list debian-vote.

flattr this!

04 April, 2014 12:21AM par fgallaire

28 March 2014

Tanguy Ortolo

Payez en liquide (et autres mesures de protection de la vie privée)

TL;DR¹ : les banques cherchent à exploiter les données de paiement par carte bancaire, il est donc temps de revenir au bon vieux liquide, intraçable et anonyme.

Développement d'une possibilité de surveillance généralisée

Notre vie privée s'érode petit à petit, tandis que s'instaure une possibilité de surveillance généralisée. C'est particulièrement visible avec le développement des systèmes de traitement automatique ces dernières décennies, mais ce mouvement est en réalité plus ancien :

Développement d'une possibilité de surveillance généralisée

Notre vie privée s'érode petit à petit, tandis que s'instaure une possibilité de surveillance généralisée. C'est particulièrement visible avec le développement des systèmes de traitement automatique ces dernières décennies, mais ce mouvement est en réalité plus ancien :

  • Dans l'Antiquité, puis au Moyen-Âge, l'État ne connaissait pas d'une façon générale l'identité de ses ressortissants ni de ses habitants, à moins d'effectuer de coûteux recensements.
  • Puis, je ne sais quand, un premier fichage systématique a eu lieu, de sorte que nous sommes connus par l'État dès notre naissance.
  • Un jour, il est devenu indispensable en pratique d'utiliser les services de banques, qui connaissent et disposent des pleins pouvoirs sur l'essentiel de notre patrimoine financier.
  • Depuis l'introduction de la carte bancaire, les banquiers savent pour la plupart de leurs clients où ils se déplacent et où et quand ils effectuent leurs achats.
  • Depuis l'introduction de la vente à distance, notamment par Internet, ces fournisseurs savent exactement ce que chacun de leurs clients leur achètent. Il en est de même pour le commerce local avec les cartes de fidélités, qui ont été créées pour cela.
  • Avec les téléphones portables, les opérateurs connaissent, à la cellule GSM près, les déplacements de tous leurs clients.
  • Avec l'introduction des titres de transport nominatifs tels que les cartes Navigo ou Vélib' à Paris, les régies de transport en commun connaissent avec une précision de l'ordre de la centaine de mètres tous les déplacements d'une grande partie des habitants de ces villes.

En quelques siècles, nous sommes donc passés d'une situation où, sorti du cercle des voisins, des amis et de la famille, chacun était inconnu et ses actions anonymes, à une situation où nous sommes connus et fichés dès notre naissance, et où des entreprises privées connaissent très précisément nos déplacements et nos achats, sans parler de nos communications. Chose plus inquiétante, on s'habitue peu à peu à ce qui paraissait scandaleux il y a quelques dizaines d'années et qui l'est pourtant toujours autant.

Dernières nouvelles : l'exploitation des données d'utilisation des cartes bancaires

Cartes de crédit

Il est souvent objecté que ces entreprises n'exploitent pas ces données. C'est parfois vrai, mais l'expérience montre que lorsqu'il y a une possibilité qu'un abus soit commis, cela arrive tôt ou tard². Face au risque d'exploitation des données d'utilisation des cartes bancaires, on suppose ainsi que ces données n'intéressent pas les banquiers. Sauf que : en fait si.

Limiter l'exploitation de nos données personnelles

Au niveau personnel, il est possible de limiter l'exploitation de données nous concernant, simplement en évitant de les fournir au départ. Comme souvent, il s'agit d'un compromis entre la vie privée parfaite et la fonctionnalité complète. Ainsi, voici une liste de propositions qui permettent de limiter la casse en restant à un niveau de contrainte raisonnable :

  • Payer en liquide : cela implique d'effectuer des retraits de montants plus élevés au distributeur le plus proche de chez soi, d'avoir sur soi un peu plus de liquide et d'en stocker une petite réserve de liquide chez soi. À la rigueur, payer par chèque, les banques enregistrant bien moins d'informations qu'avec les cartes bancaires.
  • Préférer les magasins locaux à la vente à distance. En plus ça coûte moins cher en transport, et par conséquent ça pollue moins.
  • Se déplacer de façon anonyme : si on doit utiliser une carte de transport, prendre la version anonyme, qui existe grâce à la contrainte de la CNIL sur les régies de transport.
  • Éteindre son téléphone mobile pendant les déplacements : il n'est certainement pas pratique de l'éteindre tout le temps, mais puisqu'il est de toute façon interdit de téléphoner en voiture ou à vélo, et que c'est très peu pratique en bus ou en métro, autant ne pas révéler notre position pendant les transports. Même chose pendant les promenades, randonnées ou sorties en général : si on ne s'attend pas à être appelé ou à devoir appeler quelqu'un, autant éteindre le téléphone, en plus ça économise de l'énergie.

Notes

  1. Too long; didn't read, soit trop long, pas lu. C'est un résumé pour décideurs pressés.
  2. Voyez par exemple le cas des verrous numériques sur les livres, qui permettent aux vendeurs de désactiver à distance la lecture d'un livre acheté par un lecteur. Bah, de toute façon ils ne le feront jamais, tu t'inquiètes pour rien. Ah, ben en fait si, Amazon l'a fait. 743.

28 March, 2014 01:36PM par Tanguy

25 December 2013

Carl Chenet

Cadeau de Noël : Publication de Brebis 0.9, le vérificateur automatisé de sauvegarde

Suivez-moi aussi sur Identi.ca ou sur Twitter 

Peu de temps avant ce Noël, l’équipe du projet Brebis a publié la version « Bouddhinette » 0.9 du vérificateur automatisé de sauvegardes. Pour rappel, Brebis est un programme en ligne de commande codé en Python permettant le contrôle automatisé de l’intégrité d’archives (tar, gz, bzip2, lzma, zip) et de la cohérence des fichiers à l’intérieur des archives. Au menu de cette version :

  • Support des archives apk
  • Nouvelles options de la ligne de commandes pour écrire le fichier de configuration (-C), la liste des fichiers dans l’archive (-L) ou les deux (-O) dans un répertoire défini par l’utilisateur (où précédemment ces fichiers étaient écrits par défaut dans le même répertoire que l’archive elle-même).
brebis-brown-big-logo

Anisette, la fière nouvelle mascotte et nouveau logo du projet Brebis généreusement contribué par Antoine Millet

Comme annoncé aux JM2L, Brebis continue d’intégrer des nouveaux types d’archives , mais aussi rend sa manipulation plus flexible afin d’être intégré plus simplement pour répondre aux besoins de ses utilisateurs en s’adaptant plus simplement aux différentes situations existantes..

Feedback sur Brebis

Et vous ? Que pensez-vous de Brebis ? N’hésitez pas à vous abonner à la liste de diffusion de Brebis,  à laisser un commentaire ici ou  un message sur le forum ou à me contacter directement, tous les retours seront appréciés.


25 December, 2013 10:01PM par Carl Chenet

08 December 2013

Carl Chenet

Retour sur Brebis, le vérificateur automatisé de sauvegarde, aux JM2L

Suivez-moi aussi sur Identi.ca ou sur Twitter 

Comme chaque année avait lieu à Sophia Antipolis les Journées Méditerrannéennes du Logiciel Libre, organisées par l’association Linux Azur. J’avais proposé pour cette année une présentation du projet  Brebis, le vérificateur automatisé de sauvegarde. C’était pour moi l’occasion de réaliser quelques slides parlant du projet (désormais disponible en ligne – CC by SA) et de recueillir les réactions du public.

jm2l

L’accueil est chaleureux, comma d’habitude et le public est présent. On m’avait accordé un créneau d’une bonne heure. j’ai donc essayé de captiver mon public pendant 50 minutes avant la séance de questions. La présentation se découpe en deux phases, une introduction au domaine de la sauvegarde et à la nécessité de vérifier les sauvegardes régulièrement, puis une seconde partie plus technique sur les fonctionnalités du logiciel Brebis lui-même.

brebis-brown-big-logo

Anisette, la fière nouvelle mascotte et nouveau logo du projet Brebis généreusement contribué par Antoine Millet

La conférence a été filmée, je pourrai donc vérifier ce qu’il en est une fois que les vidéos seront en ligne.

Niveau stand, les exposants sont accueillants et disponibles et je suis content de voir cet événement du Logiciel Libre toujours aussi fréquenté. Trois fois que je fais le déplacement et je repasse sans faute l’année prochaine !

Étiez-vous aux JM2L aussi ? Qu’en avez-vous pensé ? N’hésitez pas à réagir dans les commentaires de ce billet.


08 December, 2013 09:54AM par Carl Chenet

15 November 2013

Roland Mas

10 ans !

Eh ben dites-donc mes aïeux, le temps passe. Le 15 novembre 2003, j'émettais ma première facture en tant que consultant indépendant.

Eh ben dix ans plus tard, y'a eu des hauts et des bas, mais globalement tout va bien, et je continue à faire des factures de temps en temps, et ça me plaît toujours autant.

Touchons du bois pour que ça continue, et on en reparle dans dix ans !

15 November, 2013 02:45PM

26 August 2013

Olivier Berger (perso)

Synchroniser la musique entre ordinateur (Gnu/Linux) et NAS de la Freebox Revolution

J'utilise git-annex pour synchroniser le partage sur le NAS de la FreeBox Revolution, de mes fichiers de musique numérisée (MP3, Ogg), de façon à pouvoir gérer la musique sur mon ordinateur, tout en permettant de la jouer sur la télévision du salon, via l'interface de la freebox. La même procédure doit marcher pour d'autres NAS/set top boxes.

Données du problème :

  • mettre à jour les fichiers depuis le PC (ligne de commande, interfaces graphiques, numérisation de nouveaux CDs, etc.)
  • avoir un backup sur un disque de sauvegarde (sur une machine différente de cd PC, en cas de fausse manip, ou du NAS, au cas où la freebox plante).
  • avoir les fichiers en clair dans l'arborescence du NAS, sous son répertoire prédéfini par la freebox
  • automatiser la synchronisation et les backups, autant que faire se peut

La procédure est la suivante :

  1. monter sur mon ordi, via CIFS, le disque de la freebox, qu'elle exporte via samba : c'est donc un montage ne supportant pas les liens symboliques : git-annex supporte heuresement le mode "direct" pour les remotes. Ce n'est donc pas une remote réseau, mais une remote locale, dans un répertoire de l'ordi. Appelons-le /mnt/freebox-server dans ce qui suit.
  2. initialiser un dossier de bibliothèque musicale comme étant un repo git-annex :

$ cd ~/Musique
$ git init
$ git annex init "mon ordi"

# ajout des fichiers musicaux

$ git annex add . $ git commit -m "initial"

$ cd /mnt/freebox-server/Musiques # on clone dans un sous-répertoire pour permettre de gérer des fichiers en dehors ce schéma sur la freebox $ git clone ~/Musique all $ cd all $ git annex init "freebox server"

$ cd ~/Musique $ git remote add freebox-server /mnt/freebox-server/Musiques/all # copie des fichiers : long $ git annex copy --to freebox-server $ git annex sync
$ cd /mnt/freebox-server/Musiques/all #$ git remote add laptop $ git annex sync

Normalement, à l'issue de tout cela, le contenu sur la freebox est synchronisé.

Ensuite, il ne reste qu'à ajouter une remote spéciale rsync pour les backups vers une autre machine, mais ça je vous laisse jouer avec git-annex pour voir comment faire ;)

26 August, 2013 09:12AM par obergix

01 August 2012

Grégory Colpart

Astuces pour gérer un répertoire ext3 bien rempli

Disclaimer : Valable pour de l’ext3 sous Linux (utilisable sur d’autres filesystems ou Unix à vos disques et péril)

Vous avez un répertoire rempli à rabord de nombreux fichiers, et il est impossible de connaître sa taille, le lister ou l’effacer sans impact sur la production ?

Voici quelques astuces :

- Avec un “ls -ld” sur le répertoire, vous pouvez estimer grossièrement le nombre de fichiers présents dans un répertoire. En effet, un répertoire vide fait 4 Ko (je simplifie). Et plus il contient de fichiers, plus sa taille va augmenter. Par exemple, un répertoire contenant 2 millions de fichiers pourra faire une taille de 100 Mo (je parle bien de la taille du répertoire et non pas de la taille du contenu). Attention, c’est variable selon la longueur des noms des fichiers. Et prendre garde aussi que ce n’est pas dynamique : si vous videz complètement un répertoire bien rempli, il gardera sa taille volumineuse (d’où l’intérêt de recréer un répertoire qui s’est rempli “par erreur”).

- Pour lister les fichiers du répertoire, utiliser la commande “ls” n’est pas une bonne idée car elle accède à toute la liste avant de l’afficher. Voici comment lister 10 fichiers sans attendre :

perl -le 'opendir DIR, "." or die; $i=0; while ($i<10) { my $f = readdir DIR; print $f; $i++; }; closedir DIR'

Grâce à leurs noms, vous pouvez désormais examiner (ouvrir, connaître sa taille) un échantillon de fichiers contenus dans votre fameux répertoire.

Pour lister l’ensemble des fichiers sans attendre comme “ls” :

perl -le 'opendir DIR, "." or die; print while $_ = readdir DIR; closedir DIR'

- Pour effacer le contenu du répertoire en limitant l’impact sur la production, oubliez “rm -rf” qui va saturer vos I/O disque mais préférez le faire par blocs de N fichiers avec des pauses de quelques secondes ! Voici une commande “conviviale” qui va faire cela par blocs de 300 fichiers avec des pauses de 5 secondes :

perl -le 'use POSIX qw/strftime/; opendir DIR, "." or die; $i=0; printf "DELETING IN PROGRESS...";
 while (my $f = readdir DIR) {unlink $f;  $i++;
 if ($i % 300 == 0) {printf "...$i files deleted\n".strftime("%Y-%m-%d %H:%M:%S",localtime)." : PAUSE...";
 $| = 1; sleep 5 ; printf "...DONE. "; printf "DELETING IN PROGRESS..."}}; printf "...DONE"; closedir DIR'

EDIT : en complément, on n’oubliera pas que l’on peut aussi gérer la priorité d’ordonnancement des I/O avec la commande ionice
(merci à Sylvain B. de l’avoir souligné)

01 August, 2012 02:24AM par Gregory Colpart

05 October 2010

Vincent Carmona

Adapter une bibliothèque C pour ruby (4)

Ce quatrième billet présente comment obtenir une documentation grâce à rdoc : il suffit de commenter les fichiers sources.

Documentation

Commenter

Pour documenter les méthodes de la classe TagLib::File, il suffit de commenter les différentes fonctions les implémentant.

La méthode title permet d'obtenir le titre d'une piste. On l'indique en commentaire juste avant la fonction file_get_title.
 
/*Get track title*/ 
VALUE 
file_get_title(VALUE self) 

Par défaut, les paramètres d'une méthode sont nommés p1, p2, .... Pour la méthode title=, on utilise l'instruction call-seq: pour afficher le texte title=title (au lieu de title=(p1)).
 
/* 
call-seq: title=title 
 
Set track title to title 
 
title: a string 
*/ 
VALUE 
file_set_title(VALUE self, VALUE title) 

La méthode initialize ne devrait jamais être appelée directement depuis un code ruby. On utilise l'instruction :nodoc: pour indiquer que la méthode ne doit pas apparaitre dans la documentation.
 
/*:nodoc:*/ 
VALUE 
file_init(VALUE self, VALUE path) 

J'indique que je ne désire pas commenter le module TagLib en plaçant un commentaire vide afin d'éviter que rdoc utilise un commentaire non-désiré.
 
/* */ 
  mTagLib=rb_define_module("TagLib"); 

Dans le fichier lib/raglib2.rb, j'ajoute la directive :main: afin que la page initiale de la documentation pointe sur la classe TagLib::File.
 
#:main: TagLib::File 
module TagLib 

Bizarrement, cette directive ne semble pas fonctionner si elle est placée dans le fichier taglib2.c.

Produire la documentation

 
rdoc --exclude extconf.rb 

Le fichier doc/index.html est créé.
aperçu de la documentation

Conclusion

Rendez-vous pour le dernier billet où j'introduirai quelques concepts que je n'ai pas utilisé dans le module TagLib.

Billet original publié sur les blogs de developpez.com...

05 October, 2010 10:43PM par vinc-mai

04 October 2010

Vincent Carmona

Adapter une bibliothèque C pour ruby (3)

Cet article fait suite au premier et deuxième billets dans lesquels nous avons vu comment créer un objet de la classe TagLib::File. Cet objet utilise les fonctions de la bibliothèque taglib, écrite en C, afin d'accéder aux tags de fichiers audio. Dans ce billet, nous verrons comment obtenir les valeurs des tags et comment modifier un tag.

» Lire la suite!

Billet original publié sur les blogs de developpez.com...

04 October, 2010 02:47PM par vinc-mai

18 August 2010

Grégory Colpart

Mon compte-rendu de DebConf 10 à New York

DebConf est la conférence annuelle des développeurs du projet Debian. Cela permet aux développeurs et contributeurs de Debian d’assister à des présentations techniques, sociales et politiques, mais aussi de se rencontrer et travailler ensemble. Cette année, la 11e DebConf s’est tenue à New York du 1er au 7 août. Evolix a sponsorisé cette conférence et j’étais donc sur place, voici mon résumé de cette semaine.

Premiers pas plutôt festifs le vendredi soir avec le SysAdmin Day dans un bar à Manhattan puis direction Brooklyn pour une Debian Party organisée par NYC Resistor, un collectif local de hackers en électronique à l’origine de MakerBot, une imprimante 3D Open Source. Samedi c’est l’arrivée à Columbia University, l’université américaine qui accueille la DebConf 10. Une bonne partie des participants est hébergée sur le campus universitaire, dans des chambres avec accès haut-débit et une cafétéria à volonté.

C’est donc le dimanche 1er août que commence la DebConf avec des présentations orientées grand public pour cette première journée appelée le “Debian Day”. Un grand message de bienvenue pour un public plus large en ce premier jour, puis enchaînement des présentations. J’ai tout d’abord assisté à une présentation sur le sysadmin par François Marier qui a livré toutes ses astuces et une série de packages intéressants (unattended-upgrades, safe-rm, etckeeper, fcheck, fwknop, etc.). J’ai d’ailleurs pu échanger par la suite avec lui d’autres informations, sachant qu’il travaille dans une boîte similaire à Evolix : Catalyst située en Nouvelle-Zélande ! J’ai ensuite assisté à la présentation de Stefano Zacchiroli, l’actuel leader Debian, qui encourage fortement les développeurs à réaliser des NMU (Non Maintainer Upload), c’est-à-dire la publication d’un package par un autre développeur que celui responsable officiellement. J’ai ensuite poursuivi avec la présentation du Google Summer of Code 2010 de Debian : une présentation générale puis plusieurs “étudiants” expliquent leur projet en cours : Debian-Installer pour OpenMoko, GUI pour aptitude en QT, etc. D’autres présentations ont ensuite suivies, mais j’ai plutôt été découvrir le “hacklab” : une pièce pourvue de multiprises, switches et points d’accès afin de permettre à plusieurs dizaines de personnes de travailler/hacker. Le “Debian Day” a été un franc succès avec plusieurs centaines de participants. En soirée, c’est l’heure du coup d’envoi “officiel” de la DebConf par Gabriella Coleman, l’une des organisatrices de la DebConf 10, qui présente avec humour la semaine à venir, avec un petit retour en images sur les éditions précédentes.

Deuxième jour, on a le droit à un Bits from DPL en direct de la part de Stefano Zacchiroli (au lieu du traditionnel mail). Ensuite, il y a de nombreuses présentations. Durant DebConf, il y en aura plus de 100 au total, réparties dans 3 salles : Davis (avec vidéo), 414 Schapiro et Interschool (avec vidéo). Le choix est parfois difficile ! Pour ma part, j’ai assisté en fin de matinée à la présentation de la structure américaine à but non lucractif SPI : c’est elle qui gère les droits de la marque Debian, mais pas seulement : OpenOffice.org, Drupal, PostgreSQL, Alfresco, etc. de nombreux projets de logiciels libres utilisent cette structure légale ! Dans l’après-midi, c’est Mark Shuttleworth, fondateur d’Ubuntu et CEO de Canonical, qui nous présente le travail réalisé pour améliorer l’interface graphique des netbooks, notamment par l’intermédiaire du projet Ayatana. Puis, Jorge Castro, responsable chez Canonical des relations avec les développeurs extérieurs, parle de la collaboration entre Ubuntu et Debian. On notera que toute une équipe de Canonical est venue à DebConf et que les relations avec Debian semblent devenir plus sereines. Le soir venu, c’est l’heure de Wine&Cheese, un évènement devenu incontournable pour une DebConf : imaginez des centaines de fromages et alcools venus du monde entier (Italie, Allemagne, France, Mexique, Brésil, USA, Taïwan, Pologne, Kazhastan, Espagne, Nouvelle-Zélande, Corse, Vénézuela, Hollande, Marseille, Irlande, Angleterre, Japon, etc. etc.) et plus d’une centaine de développeurs Debian lâchés dessus pendant des heures… le résultat est… indescriptible ! Pour ma part, j’avais apporté un rosé Bandol, des bières La Cagole, du Banon et de la Tapenade… qui n’ont pas fait long feu.

Troisième jour et l’on débute par un talk d’Eben Moglen, avocat de la FSF, qui rappelle les dangers du Cloud Computing comme la gestion des données privées. Sa réponse : “Chacun devrait avoir un serveur chez soi” et il évoque la FreedomBox, une boi-boîte que tout le monde aurait chez soi pour faire office de petit serveur avec les fonctionnalités classiques (web, messagerie, VoIP). Cette idée rencontre un certain enthousiasme et plusieurs réfléchissent déjà à la réalisation de cette idée ! J’ai ensuite suivi une succession de présentations sur le thème de l’entreprise. On a parlé du déploiement de machines avec le logiciel Puppet, de l’installation automatisée de Debian avec FAI et Gosa, notamment présentée par Mickaël Bank, un développeur allemand très actif dans Debian. On a également des témoignages très intéressants : Russ Allbery, administrateur système et réseau à l’université de Standford en Californie, explique quels sont les arguments en faveur de Debian en entreprise et en profite pour présenter la gestion de Debian à Standford ; Faidon Liambotis, sysadmin chez GRNET (un opérateur public grec), présente leur utilisation de Debian mais aussi leurs choix en terme de déploiement (Puppet/FAI) ou de virtualisation (KVM/Ganeti). Pour terminer la journée, Guido Trotter de chez Google, nous parle des fonctionnalités réseau intéressantes sous Linux (VLAN, tunnels, routing, etc.). Une journée riche en idées et en informations ! En soirée, nous avons visualisé le film Open Source Sita Sings the Blues et Nina Paley nous a expliqué son choix d’une licence libre pour son film.

Le quatrième jour, c’est le Day Trip. Il s’agit classiquement d’une journée consacrée à des activités touristiques extérieures. Nous avons été visiter l’église Trinity Church à Manhattan où le drame du 11 septembre 2001 a mis un superbe orgue hors d’usage, remplacé temporairement par un orgue électronique “Powered by Linux”… qui a finalement été conservé en raison de sa qualité. Keith Packard, l’un des gourous de X.org employé chez Intel, a joué quelques minutes sur cet orgue. Ensuite, direction la plage de Coney Island. Puis un match de baseball où Stefano Zacchiroli lancera la première balle du match.

Cinquième jour, on reprend avec un BoF (un BoF=Birds of a Feather est une discussion informelle de groupe) sur la virtualisation où plusieurs personnes témoignent de leurs expériences et connaissances sur le sujet. Pas mal d’informations intéressantes, notamment sur le couple Ganeti/KVM pas mal mis en avant par Iustin Pop, l’un des développeurs de Ganeti employé chez Google. J’y apprends notamment que KVM gère une notion de mémoire partagée et ainsi démarrer une 2e machine virtuelle avec un même OS ne consommerait pas de mémoire supplémentaire sur le système hôte ! Suite des présentations, notamment une portant sur DebConf 12 qui pourrait peut-être se dérouler au Brésil. Et fin de la matinée avec François Marier qui présente le projet Libravatar permettant d’offrir une alternative à Gravatar, l’outil centralisé de gestion des avatars. Ses idées sont de se baser sur les DNS pour répartir les avatars pour chaque noms de domaine. Il a déjà commencé à développer une application en Django pour gérer cela. Suite de la journée avec un BoF sur Lintian (outil de vérification de la conformité des packages Debian) géré par Russ Allbery. Puis j’ai assisté à une présentation de Guido Günther qui a expliqué comment gérer son packaging avec Git et notamment git-buildpackage (très intéressant pour moi car je gère déjà mes packages Debian comme ça). Ensuite, petite pause sportive, car une dizaine de développeurs Debian a été participé à un cross de 5 kms dans le Bronx, avec des résultats honorables !

Sixième jour, on débute par Bits from Release Team qui déclare en direct que Squeeze, la prochaine version stable, est désormais freezée ! Un scoop à DebConf ! C’est ensuite Stefano Zacchiroli qui nous présente son travail en cours sur une amélioration de la gestion des dépendances, non seulement pour Debian mais aussi pour les autres distributions : plus de détails sur le site du projet Mancoosi. C’est ensuite la traditionnelle photo de groupe. En début d’après-midi, Margarita Manterola dresse un constat très lucide de l’état de Debian avec son talk Making Debian Rule, again. Puis en fin d’après-midi, c’est un BoF très apprécié mené par Joey Hess sur CUT (Constantly Usable Testing) qui explore les possibilités d’avoir une distribution Testing utilisable en permanence ! Le soir venu, c’est un BoF sur l’utilisation d’OpenPGP et la classique Keysigning Party qui a regroupé plusieurs dizaines de participants.

Septième et dernier jour, encore de nombreuses présentations. J’ai notamment assisté à celle de Philippe Kern, membre de la Release Team, qui a parlé du management de la version stable et de volatile. On notera par exemple qu’on peut désormais corriger des bugs en priorité “Important” dans les points de Release. La suite ce sont des fameux Lightnings Talks, une dizaine de présentations très courtes : une qui suggère d’arrêter complètement d’utiliser les mots de passe, une autre sur le logiciel runit, une autre sur les éclairs (lightnings !) ou encore l’historique en photos des Wine&Cheese Party ! Fun et instructif. Puis c’est l’heure de la conférence de clôture, où l’on remet des prix à ceux qui ont corrigé le plus de bugs mais surtout tous les volontaires sont vivement remerciés et j’en profite pour adresser une nouvelle fois mes remerciements à :
- L’équipe qui a organisé cette DebConf 10 : un travail impressionnant pour un résultat professionnel et communautaire à la fois : on frôle la perfection !
- L’équipe vidéo qui a fait un travail génial et vous pouvez ainsi retrouver l’ensemble des talks en vidéo,
- Les centaines de personnes sympas et passionnées qui contribuent à faire de Debian une distribution de grande qualité… et qui sait évoluer, la preuve avec les sujets abordés lors de cette DebConf !

Petite conclusion de cette semaine intensive, comme vous avez pu le lire : j’ai pu acquérir de nombreuses informations et faire le plein de nouvelles idées, mais aussi avoir des contacts réels avec d’autres développeurs et comprendre encore mieux le fonctionnement “social” de Debian. C’est donc très positif et cela va me permettre d’améliorer mon travail quotidien au sein d’Evolix, mais aussi réfléchir à d’autres projets et me motiver pour contribuer davantage à Debian. Debian rules !

18 August, 2010 11:52AM par Gregory Colpart

18 May 2008

Olivier Berger (perso)

Déclaration d'impôts sous Debian testing : difficultés mais contournement trouvé

J'ai essayé de télédéclarer mes impôts sur le revenu depuis ma Debian (testing) avec iceweazel (plugin Java Sun du paquet sun-java5-plugin).

Tou allait bien jusqu'à la phase finale de signature, où j'obtenais des erreurs de ce genre (dans la console Java) :

java.lang.UnsatisfiedLinkError: Expecting an absolute path of the library: local/.TaoUSign/libjsec.so
        at java.lang.Runtime.load0(Runtime.java:767)
        at java.lang.System.load(System.java:1005)
        at com.dictao.plfm.a.b(Unknown Source)
        at signview.b(Unknown Source)
        at signview.start(Unknown Source)
        at sun.applet.AppletPanel.run(AppletPanel.java:465)
        at java.lang.Thread.run(Thread.java:619)

Le problème apparemment, c'est que :

$ ldd ~/local/.TaoUSign/libjsec.so 
	linux-gate.so.1 =>  (0xffffe000)
	libnspr4.so => /usr/lib/libnspr4.so (0xb7f14000)
	libpthread.so.0 => /lib/i686/cmov/libpthread.so.0 (0xb7efc000)
	libnss3.so => not found
	libdl.so.2 => /lib/i686/cmov/libdl.so.2 (0xb7ef7000)
	libm.so.6 => /lib/i686/cmov/libm.so.6 (0xb7ed2000)
	libc.so.6 => /lib/i686/cmov/libc.so.6 (0xb7d84000)
	/lib/ld-linux.so.2 (0x80000000)

Mais j'ai trouvé le contournement suivant pour que ça passe (après avoir complètement quitté iceweasel) : lancer iceweasel depuis le répertoire contenant libnss3.so, avec LD_LIBRARY_PATH positionnée à "." :

$ cd /usr/lib/iceweasel/
$ LD_LIBRARY_PATH=. iceweasel

Et voilà, ça marche mieux.

18 May, 2008 07:55PM par olberger

19 April 2006

Pierre Machard

Et si les écologistes s’étaient trompés au sujet du nucléaire?

Hier en lisant slashdot je suis tombé sur un billet qui mentionnait que Patrick Moore (un des fondateurs de Greenpeace), dans un éditorial du Washington Post, expliquait que l’énergie nucléaire était la seule source d’énergie qui pouvait couvrir nos besoins.

« Thirty years on, my views have changed, and the rest of the environmental movement needs to update its views, too, because nuclear energy may just be the energy source that can save our planet from another possible disaster: catastrophic climate change. »

Ce qui dans la langue de Molière pourrait donner quelque chose comme :
« En 30 ans, mes idées ont évolué, et le mouvement écologiste doit également évoluer dans ses considérations, car l’énergie nucléraire est peut être la source d’énergie qui peut préserver notre planète d’un autre risque probable : un boulversement climatique. »

La catastrophe de Tchernobyl a eu lieue il y a 20 ans, néanmoins, il convient de réfléchir sur nos besoins en énergie, développer les énergies non-fossiles, mais aussi de se rendre compte que nous n’avons pas d’alternative au nucléaire, sans quoi nous serions obligé d’éteindre tous nos ordinateurs.

19 April, 2006 09:01AM par migus

15 March 2006

Pierre Machard

Une belle explication des DRM

Hier soir dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale j’ai eu la chance d’entendre une magnifique définition de ce qu’est un DRM. M. Suguenot (UMP) a très didcatiquement détaillé comment fonctionne un DRM. Je vous copie/colle ici le verbatim du propos de M. Suguenot. La seule erreur à noter est l’utilisation du verbe crypter là où nous aurions dû trouver chiffrer :

« Lorsque vous achetez de la musique sur internet, les DRM sont déjà systématiquement utilisés. Dans le système de Microsoft adopté par la Fnac et Virgin, le serveur de votre fournisseur crypte le morceau de musique à l’aide d’une clef secrète, que vous ne recevrez naturellement pas. Vous devez alors utiliser un lecteur compatible, Windows Media Player par exemple. Ce lecteur, détectant que le fichier est crypté, protégé par un DRM, prend contact avec le serveur pour lui demander la clé secrète nécessaire à la lecture. Avant de la lui envoyer, le serveur lui demande le numéro de série de votre ordinateur puis met à jour votre fiche client en y inscrivant le numéro de série du morceau concerné suivi de celui de l’ordinateur sur lequel vous désirez l’écouter, avant de fabriquer un fichier qu’on appelle licence. Cette licence contient la clé secrète de décryptage, mais aussi une liste de règles précisant ce que vous êtes autorisé à faire avec le morceau en question. Le serveur envoie cette licence à votre lecteur qui la « cache » sur votre disque dur. Disposant alors du morceau de musique et de sa licence, il vérifie dans celle-ci que vous avez bien le droit de lire celui-là. Si tout est en règle, vous pouvez, enfin, écouter votre musique !

Comprenant mieux le fonctionnement des DRM, on imagine les règles qu’ils permettent d’imposer. Si vous transférez le morceau sur une autre machine, le lecteur, ne trouvant plus de licence, va à nouveau contacter le serveur pour en obtenir une. Votre fiche client sera mise à jour et le serveur « saura » que vous avez installé ce morceau une deuxième fois. Si vous dépassez le nombre maximal d’ordinateurs autorisés, cinq avec iTunes par exemple, le serveur refusera de vous accorder une nouvelle licence, vous devrez lui demander d’en retirer une à un ordinateur pour la transférer à un autre. La licence peut également imposer une limitation dans le temps de l’utilisation d’un fichier, un délai au-delà duquel le lecteur le détruira.  »

15 March, 2006 10:36AM par migus