19 September 2016

Raphaël Hertzog

Mes activités libres en août 2016

Mon rapport mensuel couvre une grande partie de mes contributions au logiciel libre. Je l’écris pour mes donateurs (merci à eux !) mais aussi pour la communauté Debian au sens large parce que cela peut donner des idées aux nouveaux venus et que c’est également un des moyens les plus effectifs de trouver des volontaires pour travailler sur les projets qui me tiennent à cœur.

Ayant pris deux semaines de vacances en août, l’activité de ce mois fut moins importante qu’à l’accoutumée.

Travaux relatifs à Kali

La nouvelle équipe pkg-security fonctionne à plein régime, et j’ai passé en revue/parrainé de nombreux paquets ce mois-ci : polenum, accheck, braa, t50, ncrack, websploit.

J’ai créé le rapport de bogue n°834515 concernant sbuild, car sbuild-createchroot n’était plus utilisable dans kali-rolling du fait du tiret dans son nom. Le comportement antérieur a été restauré, et cette fonctionnalité proposée explicitement au travers d’une option.

J’ai attiré l’attention des ftpmasters sur le bogue n°832163, au sujet de la présence de paquets non désirés dans la section standard (ils ont été découverts dans l’ISO live de Kali, alors que nous ne les voulions pas).

J’ai envoyé (en tant que non-mainteneur) deux versions de fontconfig, de sorte à ce que nous puissions enfin pousser dans Debian une correction à peu près propre pour les diverses légendes affichées comme des carrés, après une mise à jour des polices (cf. le n°828037 et le n°835142).

J’ai testé (par deux fois) un patch live-build d’Adrian Gibanel Lopez implémentant le boot EFI avec grub, que j’ai intégré dans le dépôt Git officiel (cf. le n°731709).

J’ai ouvert un rapport de bogue (n°835983) concernant python-pypdf2, qui présente une dépendance invalide interdisant son installation parallèlement à python-pypdf.

J’ai déclaré orphelin le paquet splint, son mainteneur étant aux abonnés absents – missing in action (MIA). Déclaration immédiatement suivie d’un upload corrigeant un bogue critique pour la publication, bogue pour lequel il avait été exclu de testing (ce paquet est une dépendance de compilation d’un paquet Kali).

django-jsonfield

J’ai écrit un patch rendant python-django-jsonfield compatible avec Django 1.10 (cf. le n°828668). Patch que j’ai poussé par la suite dans le dépôt amont.

Distro Tracker

J’ai réalisé quelques modifications afin de rendre la base de code compatible avec Django 1.10 (et ajouté Django 1.10 à la matrice de test tox). J’ai également ajouté un lien « Tableau de bord du mainteneur Debian » à côté des noms des personnes, à la demande de Lucas Nussbaum (cf. le n°830548).

J’ai réalisé une analyse préliminaire du patch de Paul Wise visant à ajouter des indications multiarch (cf. le n°833623), et j’ai amélioré le support par le mailbot des en-têtes MIME faisant référence à des jeux de caractères inconnus (comme par exemple « cp-850 », Python ne reconnaissant que « cp850 »).

Enfin, j’ai aidé Peter Palfrader à mettre en place une adresse .onion pour tracker.debian.org, cf. onion.debian.org pour la liste complète des services accessibles à travers Tor.

Travaux divers

J’ai mis à jour ma formule salt pour letsencrypt.sh, afin qu’elle soit fonctionnelle avec la toute dernière version de letsencrypt.sh (0.2.0).

J’ai fusionné les traductions mises à jour pour le Cahier de l’Administrateur Debian sur weblate.org, et poussé une nouvelle version vers Debian.

Merci

Rendez-vous au mois prochain pour un nouveau résumé de mes activités !

Ceci est une traduction de mon article My Free Software Activities in August 2016 contribuée par Weierstrass01.

Aucun commentaire pour le moment | Vous avez aimé ? Cliquez ici. | Ce blog utilise Flattr.

19 September, 2016 07:07PM par Raphaël Hertzog

26 August 2016

Raphaël Hertzog

Mes activités libres en juillet 2016

Mon rapport mensuel couvre une grande partie de mes contributions au logiciel libre. Je l’écris pour mes donateurs (merci à eux !) mais aussi pour la communauté Debian au sens large parce que cela peut donner des idées aux nouveaux venus et que c’est également un des moyens les plus effectifs de trouver des volontaires pour travailler sur les projets qui me tiennent à cœur.

DebConf 16

A l’occasion de la DebConf 16, j’ai été présent en Afrique du Sud du 2 au 9 juillet, et j’ai animé trois présentations/tables rondes. Vous pouvez trouver les diapositives et vidéos de ces événements dans les liens de leurs pages respectives :

J’étais un peu nerveux en ce qui concerne la troisième table ronde (au sujet de l’utilisation des fonds de Debian pour financer les projets Debian) mais, après en avoir discuté avec de nombreuses personnes pendant cette semaine, il semble que les mentalités au sein du projet aient évolué ces dix dernières années. Bien que cela reste un sujet sensible (et ce à raison compte tenu des impacts potentiels), la volonté d’en discuter et d’expérimenter est présente. Vous pouvez jeter un coup d’œil aux gobby notes prises lors de la discussion.

J’ai passé la plupart du temps à discuter, et n’ai pas beaucoup contribué d’un point de vue technique, mis à part avoir essayé de – et échoué à – corriger les problèmes d’accessibilité rencontrés sur tracker.debian.org (toute aide experte sur le sujet est la bienvenue, cf. le ticket n°830213).

Empaquetage Debian

J’ai poussé la nouvelle version de zim afin de corriger le problème de reproductibilité (et j’ai transmis le patch à l’amont).

J’ai poussé Django en version 1.8.14 vers le dépôt jessie-backports, et j’ai du corriger l’échec d’un test (pull request).

J’ai également poussé la nouvelle version amont 1.0.1 de python-django-jsonfield, qui intègre les patchs que j’ai préparés en juin.

J’ai géré la transition de la (petite) bibliothèque ftplib : en préparant la nouvelle version dans experimental, en m’assurant que les dépendances de compilation inverses compilaient toujours, et en coordonnant la phase de transition avec l’équipe en charge de la publication. Tout cela a été déclenché par ce bogue de compilation reproductible que j’ai rencontré et qui m’a fait jeter un coup d’œil au paquet… la dernière fois l’amont avait disparu (et même son URL), mais il semble que l’activité ait repris et qu’une nouvelle version ait été poussée.

J’ai fait la demande n°832053 d’une nouvelle commande deblog dans devscripts. Cela devrait rendre plus facile l’affichage des logs des compilations courante et précédentes.

Travaux relatifs à Kali

J’ai travaillé à de nombreux problèmes affectant les utilisateurs de Kali (ainsi que ceux de Debian Testing) :

  • J’ai corrigé un bogue dans open-vm-tools, afin de retrouver le paquet dans Testing;
  • J’ai créé le rapport de bogues n°830795 concernant nautilus et n°831737 concernant pbnj, afin de remonter ces problèmes à Debian;
  • J’ai créé un patch pour fontconfig, de sorte à ce que les fichiers .dpkg-tmp soient ignorés. J’ai également transmis ce patch à l’amont et créé un rapport de bogues relatif à gnome-settings-daemon qui, en lançant fc-cache aux mauvais moments, est à la source du problème;
  • J’ai lancé une discussion pour voir comment corriger le problème du pavé tactile synaptics dans GNOME 3.20. Finalement nous nous sommes retrouvés avec une nouvelle version de xserver-xorg-input-all, qui ne dépend que de xserver-xorg-input-libinput, et non pas de xserver-xorg-input-synaptics (qui n’est plus supporté par GNOME). Auparavant l’auteur amont avait refusé de réintroduire le support synaptics;
  • J’ai créé le rapport de bogues n°831730 relatif à desktop-base, car le plasma-desktop de KDE n’utilise plus l’arrière-plan de Debian par défaut. J’ai du rechercher l’aide de l’amont pour trouver une possible solution (déployée dans Kali uniquement pour l’instant);
  • J’ai créé le rapport de bogues n°832503 pour remonter le fait que la manière dont dpkg traite les dépendances de foo:any lorsque foo n’est pas marquée « Multi-Arch: allowed » est contre-productive… J’ai découvert cela en essayant d’utiliser une dépendance firefox-esr:any. Et j’ai créé le rapport de bogues n°832501 pour obtenir le marqueur « Multi-Arch: allowed » désiré sur firefox-esr.

Merci

Rendez-vous au mois prochain pour un nouveau résumé de mes activités !

Ceci est une traduction de mon article My Free Software Activities in July 2016 contribuée par Weierstrass01.

Aucun commentaire pour le moment | Vous avez aimé ? Cliquez ici. | Ce blog utilise Flattr.

26 August, 2016 08:54AM par Raphaël Hertzog

20 August 2016

Florent Gallaire

Les micro-frameworks Python : Flask, Bottle, Itty, Newf, djng et importd

Suite au succès phénoménal de Flask, qui a plus d’étoiles sur GitHub que Django, et à celui remarquable de Bottle, j’ai poursuivi ma réflexion personnelle sur les microframeworks. C’est un sujet auquel je m’étais fortement intéressé en 2009, il y a 7 ans donc, lors de la soudaine prolifération de microframeworks Python.

Sinatra, l’inspiration vint encore du Ruby

Tout comme Ruby on Rails a été dès 2004 le grand précurseur des frameworks web MVC de nouvelle génération, Sinatra a été dès 2007 le précurseur des microframeworks web. Sinatra a rendu l’écriture d’application web radicalement plus aisée grâce à sa syntaxe claire et concise :

require 'sinatra'

get '/' do
'Hello world!'
end

WSGI, la condition technique

Le standard Python WSGI (Web Server Gateway Interface) décrit dans la PEP 333 de 2003, mise à jour en 2010 par la PEP 3333, a proposé une interface simple permettant de découpler les frameworks web des serveurs web.

Et l’ajout du module wsgiref dans la bibliothèque standard de Python 2.5 en 2006 a permis a tout framework d’être utilisable sans aucune dépendance grâce au petit serveur WSGI qu’il fournit :

from wsgiref.simple_server import make_server

Qu’est-ce qu’un micro-framework ?

En admettant que l’on sache ce qu’est un framework, on doit s’interroger sur le sens de micro. Le Larousse précise :

Préfixe, du grec mikros, petit, indiquant que quelque chose est très petit.

Un micro-framework est donc un très petit framework. L’intérêt de cette démarche est réel pour le développeur car il est plus facile d’apprendre à utiliser un petit framework, qui de plus consomme moins de ressources et impose souvent moins de contraintes.

Il est communément admis que ces microframeworks sont surtout intéressants pour construire de petites applications, la quantité de fonctionnalités des frameworks full-stack justifiant de plus en plus leur usage avec l’augmentation de la taille et des besoins de l’application.

Le moins de lignes de code possible

Un microframework est donc un framework ayant une petite base de code, c’est-à-dire un petit nombre de lignes de code. Encore faut-il qu’il en ait suffisamment pour qu’un développeur ait un intérêt à l’utiliser.

Le minimum nécessaire n’est pas forcément facile à évaluer, mais on peut penser qu’un framework comme Newf, avec ses 114 lignes de code, était très nettement en dessous. Itty, quant à lui, est très proche de Bottle en termes de design et de fonctionnalités, mais d’une manière globalement plus – et donc finalement trop – minimaliste.

Dans les deux cas, cela s’est révélé insuffisant pour susciter un réel intérêt chez les développeurs d’applications web et donc pour créer une dynamique et fédérer une communauté autour de ces projets.

Tout le framework dans un seul fichier

La théorie de l’ingénierie logicielle a combattu cette pratique au nom d’une meilleure structuration, permettant une bonne séparation des fonctionnalités et donc un débogage et une réutilisation plus facile du code. Pourtant, mettre tout le code dans un seul fichier présente certains avantages, en particulier quand il s’agit de le distribuer. C’est une pratique qui a connu une nouvelle légitimation avec le succès des bibliothèques JavaScript côté client, facilement chargées dans le navigateur web d’une simple ligne :

<script src="https://cdn.net/lib.js"></script>

Bottle est distributed as a single file module alors que Flask est plus classiquement composé de plusieurs fichiers. Flask, le plus populaire des microframeworks Python en est-il donc vraiment un ?

Essayons d’y voir plus clair à l’aide de wc récursifs appliqués sur les répertoire contenant le code source des frameworks, et desquels j’ai retiré le code des tests :

Micro-frameworksFrameworks
NomNewfdjngimportdIttyBottleFlaskTornadoPyramidDjango
wc -l1503287919584 1796 46922 32722 641122 675
sloccount1142305336322 7212 72511 53511 31277 514
Fichiers Python1142112181193853
Étoiles GitHub501234543743 87822 00711 9032 05920 717

J’ai ajouté au tableau Django, Pyramid et Tornado, les trois frameworks web Python les plus populaires, et il apparaît clairement qu’en comparaison Flask est bien un microframework, puisque s’il est 1,5 fois plus gros que Bottle, il est 3,5 fois moins gros que Tornado et Pyramid et 19 fois moins gros que Django.

Toute l’application dans un seul fichier

Lorsque l’on utilise les outils d’aide des frameworks classiques pour débuter un projet, on se retrouve devant une arborescence complexe. Par exemple avec Django, si vous évitez les bizarreries et faites les choses normalement :

$ django-admin startproject django_project
$ cd django_project
$ django-admin startapp django_app


django_project
├── django_project
│ ├── __init__.py
│ ├── settings.py
│ ├── urls.py
│ └── wsgi.py
├── django_app
│ ├── admin.py
│ ├── __init__.py
│ ├── migrations
│ │ └── __init__.py
│ ├── models.py
│ ├── tests.py
│ └── views.py
└── manage.py

De même avec Pyramid :

$ pcreate -s starter pyramid_project

pyramid_project
├── CHANGES.txt
├── development.ini
├── MANIFEST.in
├── production.ini
├── pyramid_project
│ ├── __init__.py
│ ├── static
│ │ ├── pyramid-16x16.png
│ │ ├── pyramid.png
│ │ ├── theme.css
│ │ └── theme.min.css
│ ├── templates
│ │ └── mytemplate.pt
│ ├── tests.py
│ └── views.py
├── README.txt
└── setup.py

Ceci est une bonne base pour un gros projet, qui sera bien structuré dès le départ, avec un bon découplage du code, et même les fichiers nécessaires à son packaging ; mais pour beaucoup de projets assez simples, c’est surtout lourd et redondant.

Tous les microframeworks ont donc comme point commun qu’ils sont conçus pour qu’une application toute entière contenue dans un seul fichier soit parfaitement fonctionnelle, et un certain nombre de frameworks qui ne prétendent pas être des microframeworks, comme Tornado, partagent la même approche.

Pas de dépendances… ou beaucoup de dépendances ?

Deux visions opposées peuvent en effet légitimement se défendre lors de la construction d’un microframework :

– pour avoir un framework léger il ne faut aucune dépendances, et se reposer exclusivement sur la bibliothèque standard de Python (Python Standard Library)
– pour avoir un framework léger il faut au contraire se reposer un maximum sur des bibliothèques existantes, fiables et populaires si possible, et se contenter d’offrir une fine couche logicielle permettant de les interfacer correctement

Newf et Itty font bien sûr partie de la première catégorie.

Bottle qui has no dependencies other than the Python Standard Library, et fournit son propre langage de template, fait donc aussi partie de la première catégorie. Mais on peut en plus lui interfacer facilement Mako, Jinja2 et Cheetah, des langages de template Python populaires, ce qui le fait alors déborder sur la deuxième catégorie.

Flask quant à lui est de la seconde catégorie, d’autant que son auteur est Armin Ronacher (mitsuhiko) qui est aussi l’auteur de ses dépendances Werkzeug et Jinja2. Mais si avoir comme dépendances une bibliothèque WSGI et un langage de template est on ne peut plus légitime pour un microframework, l’ajout de la bibliothèque d’interface de ligne de commande Click semble beaucoup plus contestable et relever plutôt du syndrome NIH (Not invented here).

Enfin, à l’initiative de djng, la seconde vision a amené à de multiples essais de microframeworks basés sur… Django, le maxi-framework du monde Python ! Et si seul importd a rencontré un certain succès parmi ces projets, je pense que cet oxymore logiciel est un concept vraiment intéressant et que son potentiel n’a probablement pas encore été totalement exploité.

Mise à jour du 10 septembre 2016 : Suite au commentaire de Stéfane Fermigier, ajout dans le tableau du comptage des lignes de code avec SLOCcount. Ajout de djng.

20 August, 2016 11:31PM par fgallaire

17 August 2016

Tanguy Ortolo

Aux concepteurs de voies cyclables

À voir le tracé de certaines voies cyclables, ceux qui les conçoivent ne sont pas toujours conscients qu'un cycliste se déplace avec une vitesse de l'ordre de 20 km/h. Ce genre d'aménagement, qui serait impensable pour une route normale :

Route avec une chicane à angle droit !

Au top, braquez et serrez le frein à main. Attention… TOP ! ;-)

… ce genre d'aménagement donc, est tout aussi invraisemblable pour une voie cyclable :

Piste cyclable avec une chicane à angle droit !

Au top, tournez votre guidon à 90°. Attention… TOP ! ;-)

Un cycliste ne peut pas tourner sur place à angle droit. Au mieux, on peut essayer de s'en approcher, mais ces virages à rayon de courbure nul sont pénibles et toujours dangereux, parce que cela implique :

  • de freiner brutalement — et paf, le cycliste qui arrive derrière et qui n'a pas remarqué cette anomalie du tracé ;
  • de tourner avec un angle déraisonnable — et zip, le cycliste sur route mouillée ou jonchée de gravier ou de feuilles mortes.

Mesdames, Messieurs les responsables des aménagements de voirie, pour éviter ce genre d'erreur de conception, ce n'est pas compliqué : lorsque vous tracez une voie cyclable, essayez d'imaginer qu'il s'agit d'une route normale, en plus petit. Vous n'iriez tout de même pas mettre une chicane à angle droit sur une route normale ? Eh bien, sur une piste cyclable, c'est pareil, si vous devez mettre une chicane, prévoyez un rayon de courbure raisonnable. Sans cela, dans le meilleur cas, les cyclistes ne respecteront pas votre aménagement inapproprié, et dans le pire des cas vous ramasserez des cyclistes et des piétons accidentés, direction l'hôpital le plus proche.

17 August, 2016 10:16AM par Tanguy

Charles Plessy

Qui a fini DEP 5 ?

Beaucoup de monde a travaillé à finir DEP 5. Je trouve que le blog de Lars ne montre pas assez l'aspect collectif du processus.

Si l'on regarde dans le texte de la spécification, on y trouve:

The following alphabetical list is incomplete; please suggest missing people:
Russ Allbery, Ben Finney, Sam Hocevar, Steve Langasek, Charles Plessy, Noah
Slater, Jonas Smedegaard, Lars Wirzenius.

Le journal des changements de la charte Debian mentionne:

  * Include the new (optional) copyright format that was drafted as DEP-5.
    This is not yet a final version; that's expected to come in the
    3.9.3.0 release.  Thanks to all the DEP-5 contributors and to Lars
    Wirzenius and Charles Plessy for the integration into the Policy
    package.  (Closes: #609160)

 -- Russ Allbery <rra@debian.org>  Wed, 06 Apr 2011 22:48:55 -0700

et

debian-policy (3.9.3.0) unstable; urgency=low

  [ Russ Allbery ]
  * Update the copyright format document to the version of DEP-5 from the
    DEP web site and apply additional changes from subsequent discussion
    in debian-devel and debian-project.  Revise for clarity, to add more
    examples, and to update the GFDL license versions.  Thanks, Steve
    Langasek, Charles Plessy, Justin B Rye, and Jonathan Nieder.
    (Closes: #658209, #648387)

Pour ma part, je suis très reconnaissant à Bill Alombert d'avoir enregistré le document dans le dépôt Git, ce qui a mis fin aux débats.

17 August, 2016 04:08AM

01 August 2016

Charles Plessy

Nuage Amazon : remise à niveau.

Cela faisait quelques années que je n'avais pas fait de travail sérieux utilisant le nuage Amazon. Il m'a fallu un petit moment pour retrouver mes marques et m'adapter aux changements. En particulier, les instances à plus petit prix, t2.nano ne sont plus accessible que depuis les nuages virtuels privés (« Virtual Private Cloud », VPC), et j'ai eu un peu de mal à trouver comment en créer un simple. Je pense qu'une des raisons est que les utilisateurs arrivés après le 18 mars 2013 on automatiquement un VPC par défaut et que les autres ont déjà créé leur VPC depuis longtemps. Au final, ce n'était pas compliqué du tout. C'est certainement pour ça que je n'avais pas trouvé de tutoriel à ce sujet.

En résumé il faut d'abords créer un VPC. Pour lancer une instance de temps en temps, la plage IP privée importe peu. Les VPCs par défaut utilisent 172.31.0.0/16; alors faisons de même.

CIDR_BLOCK=172.31.0.0/16
aws ec2 create-vpc --cidr-block $CIDR_BLOCK

La commande renvoie un identifiant de VPC, que je stocke à la main dans la variable VPC par copié-collé. Le même principe sera répété pour chaque commande créant quelque chose. On peut retrouver l'identifiant avec la commande aws ec2 describe-vpcs.

VPC=vpc-XXXXXXXX  # Et ainsi de suite

Après, créer un sous-réseau. Là encore, pas la peine de faire compliqué, on peut lui donner la plage IP entière. Je récupère l'identifiant renvoyé et le stocke dans la variable SUBNET. Pour que les instances reçoivent une IP publique comme dans les VPCs par défaut et l'ancien comportement du nuage sans VPC, il faut activer l'attribut MapPublicIpOnLaunch.

aws ec2 create-subnet --vpc-id $VPC --cidr-block $CIDR_BLOCK
SUBNET=subnet-XXXXXXXX
aws ec2 modify-subnet-attribute --subnet-id $SUBNET --map-public-ip-on-launch 

Ensuite, créer une passerelle (je récupère l'identifiant dans GATEWAY) et l'attacher au VPC.

aws ec2 create-internet-gateway
GATEWAY=igw-XXXXXXXX
aws ec2 attach-internet-gateway --internet-gateway-id $GATEWAY --vpc-id $VPC

Une table de routage a été créée automatiquement, et on peut trouver son identifiant via la commande describe-route-tables, pour créer ensuite une route par défaut vers la passerelle.

aws ec2 describe-route-tables
ROUTETABLE=rtb-XXXXXXXX
aws ec2 create-route --route-table-id $ROUTETABLE --destination-cidr-block 0.0.0.0/0 --gateway-id $GATEWAY

Bien sûr, si on n'ouvre pas le trafic, on ne pourra pas contacter la machine... Ici, j'ouvre le port 22 pour un accès SSH.

aws ec2 describe-security-groups
SECURITY_GROUP=sg-XXXXXXXX
aws ec2 authorize-security-group-ingress --group-id $SECURITY_GROUP --protocol tcp --port 22 --cidr 0.0.0.0/0

Autre changement, Amazon distribue maintenant des outils libres pour la ligne de commande, qui sont plus complets qu'euca2ools.

Prochaine étape, je vais recommencer les tests utilisant l'installeur Debian dans le Nuage.

01 August, 2016 09:38PM

28 June 2016

Tanguy Ortolo

J'ai testé pour vous UltraViolet (c'est de la merde)

Après avoir acheté un beau coffret de la trilogie cinématographique Le Hobbit, j'ai eu la surprise d'un trouver des instructions pour « récupérer une copie numérique » pour regarder ces films « sur tous mes écrans » grâce à un machin appelé UltraViolet. Les instructions indiquées sont les suivantes :

  1. allez sur warnerbros.fr/uv ;
  2. entrez un code d'activation.

S'agissant d'un machin développé par la MAFIAA, je pouvais déjà prédire le résultat, mais par acquit de conscience, j'ai tout de même essayé, avec un navigateur Web Firefox sous Debian GNU/Linux, plugin Flash installé et à jour, JavaScript et cookies activés sans restriction. Après tout, il est bien indiqué sur le papier que c'est censé marcher « sur tous mes écrans », avec de beaux petits schémas représentant un téléphone, une tablette, un ordinateur portable et un téléviseur.

Logo UltraViolet

Étape 1, Warner Bros

Deux étapes, on pourrait difficilement faire plus simple ! Sauf qu'évidemment, ça se complique. Sur la page UltraViolet de Warner Bros, il n'y a pas d'endroit où saisir un code ; au lieu de cela, il est proposé deux sites partenaires où on doit pouvoir l'entrer : Nolim films et Flixter.

Étape 1, deuxième partie, premier essai, Nolim films

Lorsque j'ai essayé, hier, la page de Nolim films affichait seulement « chargement en cours ». Après quelques minutes, j'ai donc renoncé et été voir chez Flixter.

Étape 1, deuxième partie, deuxième essai, Flixter

Côté Flixter, ça commence bien, on arrive sur un site en anglais. Une fois passé en français, il y a un bouton pour « Utiliser un code ». On tape le code et… ça dit qu'il n'y a aucun résultat. En fait, il faut saisir le titre du film, et ensuite seulement, saisir le code d'activation.

Étape 2, (essayer de) regarder ou télécharger le film

Il faut alors créer un compte, qui demande de fournir des renseignements personnels, c'est à dire des informations qui ne devraient certainement pas les concerner : pour regarder un film qu'on a acheté, il est anormal de devoir donner son nom, prénom et date de naissance. Personnellement, j'ai renseigné mon nom, mais une date de naissance bidon.

Enfin, on peut regarder son film. Enfin, essayer, parce que ça ne marche pas : ça lance une page avec Flash, qui affiche… du noir, puis un indicateur de chargement, et qui finit par planter le lecteur Flash.

On peut aussi télécharger son film avec un logiciel propriétaire proposé pour cela. Il est prévu pour Windows, et ne s'installe pas sous Wine.

Étape 3, ripper son DVD

Comme prédit, ça ne fonctionne pas. Il est donc temps de faire un peu chauffer mon processeur pour ripper mes DVD : ça au moins, ça fonctionne, et sans la moindre restriction. Autrement, ces flims doivent également être disponibles sur les réseaux de contrefaçon : contrairement à l'UltraTropLaid, ça aussi, ça fonctionne.

28 June, 2016 11:34AM par Tanguy

02 May 2016

Vincent Bernat

Petit traité empirique de l'empaquetage Debian

Bien que la création de paquets Debian soit abondamment documentée, la plupart des tutoriaux ciblent les paquets respectueux de la charte Debian. De plus, leur création a longtemps eu la réputation d’être particulièrement difficile1 et beaucoup se sont tournés vers des outils moins contraignants2 tels que fpm ou CheckInstall.

Toutefois, je vais montrer que la construction de paquets Debian en utilisant les outils officiels est plutôt simple en appliquant ces quelques concessions :

  1. Aucun paquet source ne sera généré. Les paquets seront construits directement depuis une copie propre issue du système de versions.

  2. Des dépendances supplémentaires peuvent être téléchargées pendant la construction. Empaqueter individuellement chaque dépendance est un travail ingrat, notamment avec certains environnements tels que Java, Javascript et Go.

  3. Les paquets produits peuvent combiner et inclure des dépendances tierces. Cela peut lever certaines objections liées à la sécurité et à la maintenance à long terme, mais c’est une concession courante dans certains écosystèmes tels que Java, Javascript et Go.

Ceinture blanche§

Deux types de paquets coexistent dans l’archive Debian : les paquets sources et les paquets binaires. Un paquet source produit un ou plusieurs paquets binaires. Chaque paquet doit porter un nom.

Comme indiqué lors de l’introduction, aucun paquet source ne sera construit. Nous allons travailler directement sur sa représentation décompressée : une arborescence de fichiers incluant le répertoire debian/. Les exemples qui suivent utilisent une arborescence composée uniquement du répertoire debian/, mais ce dernier peut être inclus dans n’importe quel project existant.

Comme point de départ, nous allons empaqueter memcached, un cache mémoire distribué. Il nous faut créer quatre fichiers :

  • debian/compat,
  • debian/changelog,
  • debian/control et
  • debian/rules.

Le premier contient uniquement 9 :

echo 9 > debian/compat

Le second contient ceci :

memcached (0-0) UNRELEASED; urgency=medium

  * Fake entry

 -- Happy Packager <happy@example.com>  Tue, 19 Apr 2016 22:27:05 +0200

La seule information d’importance est le nom du paquet source, memcached, sur la première ligne. Toutes les autres informations sont sans influence sur les paquets créés.

Le fichier de contrôle§

debian/control décrit les méta-données à propos du paquet source et des paquets binaires. Un bloc est dédié à chacun d’eux.

Source: memcached
Maintainer: Vincent Bernat <bernat@debian.org>

Package: memcached
Architecture: any
Description: high-performance memory object caching system

Le paquet source est memcached. Il faut utiliser le même nom que dans le fichier debian/changelog.

Un seul paquet binaire est créé : memcached. Par la suite, si vous voyez memcached, il s’agit du nom du paquet binaire. The champ Architecture doit être soit any, soit all. Ce dernier est utilisé exclusivement si tous les fichiers sont indépendants de l’architecture matérielle. Dans le doute, il suffit de mettre any.

Le champ Description contient une courte description du paquet binaire.

La recette§

Le dernier fichier à rédiger est debian/rules. Il s’agit de la recette du paquet. Nous avons besoin de télécharger memcached, le construire et installer son arborescence dans debian/memcached/ :

#!/usr/bin/make -f

DISTRIBUTION = $(shell lsb_release -sr)
VERSION = 1.4.25
PACKAGEVERSION = $(VERSION)-0~$(DISTRIBUTION)0
TARBALL = memcached-$(VERSION).tar.gz
URL = http://www.memcached.org/files/$(TARBALL)

%:
    dh $@

override_dh_auto_clean:
override_dh_auto_test:
override_dh_auto_build:
override_dh_auto_install:
    wget -N --progress=dot:mega $(URL)
    tar --strip-components=1 -xf $(TARBALL)
    ./configure --prefix=/usr
    make
    make install DESTDIR=debian/memcached

override_dh_gencontrol:
    dh_gencontrol -- -v$(PACKAGEVERSION)

Les cibles vides override_dh_auto_clean, override_dh_auto_test et override_dh_auto_build permettent de s’assurer que debhelper ne fera rien de « magique ». La cible override_dh_gencontrol permet de spécifier la version3 sans avoir à tenir à jour debian/changelog. Cette recette est très similaire à ce qui aurait été écrit pour fpm :

DISTRIBUTION=$(lsb_release -sr)
VERSION=1.4.25
PACKAGEVERSION=${VERSION}-0~${DISTRIBUTION}0
TARBALL=memcached-${VERSION}.tar.gz
URL=http://www.memcached.org/files/${TARBALL}

wget -N --progress=dot:mega ${URL}
tar --strip-components=1 -xf ${TARBALL}
./configure --prefix=/usr
make
make install DESTDIR=/tmp/installdir

# Build the final package
fpm -s dir -t deb \
    -n memcached \
    -v ${PACKAGEVERSION} \
    -C /tmp/installdir \
    --description "high-performance memory object caching system"

Vous pouvez lire le résultat final sur GitHub et le construire avec la commande dpkg-buildpackage -us -uc -b.

Ceinture jaune§

À partir de là, il est possible d’inclure quelques améliorations. Aucune n’est essentielle mais le gain est suffisamment intéressant pour justifier l’effort.

Les dépendances sources§

Notre recette initiale ne fonctionne que si nous disposons déjà de wget et de libevent-dev. Ces paquets ne sont pas présents sur tous les systèmes. Il est assez aisé de spécifier ces dépendances en ajoutant un champ Build-Depends dans debian/control :

Source: memcached
Build-Depends: debhelper (>= 9),
               wget, ca-certificates, lsb-release,
               libevent-dev

Il faut toujours spécifier debhelper (>= 9) car son utilisation est centrale dans debian/rules. Il n’y a pas besoin de dépendre de make ou d’un compilateur C car le paquet build-essential est considéré comme toujours présent et il les fournit indirectement. dpkg-buildpackage se plaindra si une des dépendances est manquante. Pour installer sans peine ces paquets, vous pouvez utiliser la commande suivante4 :

mk-build-deps \
    -t 'apt-get -o Debug::pkgProblemResolver=yes --no-install-recommends -qqy' \
    -i -r debian/control

Il est aussi intéressant de se pencher sur des outils tels que pbuilder et sbuild qui permettent de construire des paquets dans un environnment minimal et isolé.

Les dépendances binaires§

Si le paquet ainsi construit est installé sur une machine vierge, memcached refusera de démarrer en raison de l’absence de libevent. Il est possible d’exprimer cette dépendance en ajoutant un champ Depends dans le fichier debian/control. De plus, dans le cas des bibliothèques dynamiques, ces dépendances peuvent être générées automatiquement en utilisant des variables de substitution :

Package: memcached
Depends: ${misc:Depends}, ${shlibs:Depends}

Le paquet construit contiendra les informations suivantes :

$ dpkg -I ../memcached_1.4.25-0\~unstable0_amd64.deb | grep Depends
 Depends: libc6 (>= 2.17), libevent-2.0-5 (>= 2.0.10-stable)

Intérgration avec un système de démarrage§

La plupart des paquets fournissant un démon incluent une intégration avec le système de démarrage afin de démarrer le démon au boot ou de le redémarrer après une mise à jour. Pour les distributions basées sur Debian, il existe plusieurs systèmes de démarrage. Voici les trois plus courants.

  • System-V est le système historique. Ces scripts de démarrage peuvent être réutilisés par les autres systèmes. Il s’agit donc du plus petit dénominateur commun.
  • Upstart est le système popularisé par Ubuntu. Il est utilisé jusqu’à la version 14.10, incluse.
  • systemd est le système par défaut pour Debian depuis Jessie et pour Ubuntu depuis la version 15.04.

Écrire un script de démarrage pour System-V est une tâche ardue. Habituellement, je préfère donc simplement fournir un script pour le système de démarrage par défaut de la distribution visée (Upstart et systemd).

System-V§

Si vous voulez écrire un script de démarrage pour System-V, adaptez5 le script /etc/init.d/skeleton de la distribution la plus ancienne que vous souhaitez supporter. Mettez le résultat dans le fichier debian/memcached.init. Il sera installé au bon endroit et invoqué lors de l’installation, mise à jour ou retrait du paquet. Habituellement, l’utilisateur peut personnaliser les options du démon en modifiant le fichier /etc/default/memcached. Pour en fournir un, placez son contenu dans le fichier debian/memcached.default.

Upstart§

Fournir un script pour Upstart est similaire : son contenu doit être placé dans debian/memcached.upstart. Par exemple :

description "memcached daemon"

start on runlevel [2345]
stop on runlevel [!2345]
respawn
respawn limit 5 60
expect daemon

script
  . /etc/default/memcached
  exec memcached -d -u $USER -p $PORT -m $CACHESIZE -c $MAXCONN $OPTIONS
end script

La directive la plus importante à surveiller est expect. Ici, nous utilisons expect daemon et memcached est démarré avec l’option -d.

systemd§

Fournir un script pour systemd est un tout petit peu plus compliqué. Le contenu doit se placer dans debian/memcached.service. Par exemple :

[Unit]
Description=memcached daemon
After=network.target

[Service]
Type=forking
EnvironmentFile=/etc/default/memcached
ExecStart=/usr/bin/memcached -d -u $USER -p $PORT -m $CACHESIZE -c $MAXCONN $OPTIONS
Restart=on-failure

[Install]
WantedBy=multi-user.target

Bien que cela ne soit pas considéré comme une bonne pratique6, nous réutilisons /etc/default/memcached. Comme pour Upstart, la directive Type est particulièrement importante. Nous utilisons forking car memcached est démarré avec l’option -d.

Il est également nécessaire d’ajouter une dépendance source sur dh-systemd dans debian/control :

Source: memcached
Build-Depends: debhelper (>= 9),
               wget, ca-certificates, lsb-release,
               libevent-dev,
               dh-systemd

Il faut également modifier la règle par défaut dans debian/rules :

%:
    dh $@ --with systemd

Cette complexité supplémetaire est regrettable et est dû au fait que l’intégration de systemd ne fait pas partie de debhelper7. Sans ces modifications, le script sera installé mais l’intégration n’aura pas lieu et il ne sera pas lancé au démarrage de la machine.

Utilisateur dédié§

De nombreux démons n’ont pas besoin de s’exécuter en tant que root et c’est souvent une bonne idée de fournir un utilisateur dédié. Dans le cas de memcached, nous allons fournir l’utilisateur _memcached8.

Ajoutez un fichier debian/memcached.postinst avec le contenu suivant :

#!/bin/sh

set -e

case "$1" in
    configure)
        adduser --system --disabled-password --disabled-login --home /var/empty \
                --no-create-home --quiet --force-badname --group _memcached
        ;;
esac

#DEBHELPER#

exit 0

Lorsque le paquet est désinstallé, aucun ménage n’est effectué :

  • moins de code à écrire, moins de bugs,
  • l’utilisateur peut toujours posséder quelques fichiers sur le système.

L’utilitaire adduser effectuera toujours la bonne action que l’utilisateur demandé existe déjà ou non. Il faut penser à l’ajouter comme dépendance binaire dans debian/control :

Package: memcached
Depends: ${misc:Depends}, ${shlibs:Depends}, adduser

Le marqueur #DEBHELPER# indique le point d’insertion pour des scripts d’intégration supplémentaires.

Le résultat final est disponible sur GitHub et peut être testé avec la commande dpkg-buildpackage -us -uc -b.

Ceinture verte§

Il est possible d’exploiter certaines capacités de debhelper pour réduire la taille du fichier debian/rules et pour le rendre plus déclaratif. Cette section est totalement optionnelle : vous pouvez la sauter si besoin.

Banalités§

Il y a quatre étapes dans la construction d’un paquet Debian :

  1. debian/rules clean va nettoyer l’arborescence pour revenir dans son état initial.

  2. debian/rules build doit construire le logiciel. Pour quelque chose de basé sur autoconf, comme memcached, il s’agit essentiellement d’exécuter ./configure && make.

  3. debian/rules install doit installer l’arborescence de chaque paquet binaire dans le répertoire approprié. Pour des logiciels basés sur autoconf, il s’agit d’exécuter make install DESTDIR=debian/memcached.

  4. debian/rules binary doit empaqueter les différentes arborescences en paquets binaires.

Il ne faut pas écrire directement chacune de ces cibles. L’utilitaire dh, un composant de debhelper, va faire la majeure partie du boulot. Le fichier debian/rules minimaliste suivant suffit pour accomplir cette tâche pour de nombreux paquets sources :

#!/usr/bin/make -f
%:
    dh $@

Pour chacune des quatre cibles décrites ci-dessus, vous pouvez exécuter dh --no-act pour voir les utilitaires invoqués. Par exemple :

$ dh build --no-act
   dh_testdir
   dh_update_autotools_config
   dh_auto_configure
   dh_auto_build
   dh_auto_test

Chacun de ces utilitaires dispose d’une page de manuel. Ceux commençant par dh_auto sont un peu « magiques ». Par exemple, dh_auto_configure va tenter de configurer automatiquement le logiciel avant l’étape de construction. Selon les cas, il peut invoquer ./configure, cmake ou Makefile.PL.

Si un des utilitaires dh_ ne fait pas ce qu’il faut, il est possible de le remplacer en déclarant une cible nommée de manière adéquate :

override_dh_auto_configure:
    ./configure --with-some-grog

Chaque utilitaire est également configurable via des options. Ainsi, il est possible de modifier leurs comportements en définissant la cible correspondante et en invoquant l’utilitaire manuellement :

override_dh_auto_configure:
    dh_auto_configure -- --with-some-grog

Ainsi, ./configure sera appelé avec l’option --with-some-grog mais aussi avec des options par défaut telles que --prefix=/usr.

Dans l’exemple initial de memcached, ces cibles « magiques » sont surchargées. dh_auto_clean, dh_auto_configure et dh_auto_build ont été neutralisées pour éviter tout comportement inattendu. dh_auto_install a été détournée pour exécuter l’intégralité de la construction de l’arborescence cible. De plus, le comportement de dh_gencontrol a été modifié en lui fournissant le numéro de version désiré plutôt que de le laisser regarder dans debian/changelog.

Construction automatique§

memcached utilisant autoconf, dh sait comment le construire : ./configure && make && make install. Il est donc possible de laisser dh faire la majeure partie du boulot avec le fichier debian/rules suivant :

#!/usr/bin/make -f

DISTRIBUTION = $(shell lsb_release -sr)
VERSION = 1.4.25
PACKAGEVERSION = $(VERSION)-0~$(DISTRIBUTION)0
TARBALL = memcached-$(VERSION).tar.gz
URL = http://www.memcached.org/files/$(TARBALL)

%:
    dh $@ --with systemd

override_dh_auto_clean:
    wget -N --progress=dot:mega $(URL)
    tar --strip-components=1 -xf $(TARBALL)

override_dh_auto_test:
    # Don't run the whitespace test
    rm t/whitespace.t
    dh_auto_test

override_dh_gencontrol:
    dh_gencontrol -- -v$(PACKAGEVERSION)

La cible dh_auto_clean est détournée pour effectuer le téléchargement et la mise en place de l’arborescence9. Ni dh_auto_configure, ni dh_auto_build ne sont modifiés. dh appellera ./configure avec les options appropriées puis make. dh_auto_test doit exécuter la suite de tests de memcached. Toutefois, un des tests échoue en raison d’un fichier dans le répertoire debian/. Nous supprimons ce test récalcitrant et invoquons manuellement dh_auto_test. dh_auto_install n’est pas surchargé et dh exécutera alors une variante de make install.

Afin de mieux apprécier la différence, la voici sous forme de patch :

--- memcached-intermediate/debian/rules 2016-04-30 14:02:37.425593362 +0200
+++ memcached/debian/rules  2016-05-01 14:55:15.815063835 +0200
@@ -12,10 +12,9 @@
 override_dh_auto_clean:
-override_dh_auto_test:
-override_dh_auto_build:
-override_dh_auto_install:
    wget -N --progress=dot:mega $(URL)
    tar --strip-components=1 -xf $(TARBALL)
-   ./configure --prefix=/usr
-   make
-   make install DESTDIR=debian/memcached
+
+override_dh_auto_test:
+   # Don't run the whitespace test
+   rm t/whitespace.t
+   dh_auto_test

Vous avez le choix de laisser dh faire une partie du travail ou non. Il est généralement possible de partir d’un debian/rules minimal et de surcharger uniquement quelques cibles.

Fichiers supplémentaires§

Bien que make install ait installé les fichiers essentiels pour memcached, il est parfois nécessaire de copier quelques fichiers supplémentaires dans le paquet binaire. Pour se faire, il est possible d’utiliser cp ou encore de déclarer les fichiers à copier :

  • les fichiers listés dans debian/memcached.docs seront copiés dans /usr/share/doc/memcached par dh_installdocs,
  • les fichiers listés dans debian/memcached.examples seront copiés dans /usr/share/doc/memcached/examples par dh_installexamples,
  • les fichiers listés dans debian/memcached.manpages seront copiés dans le sous-répertoire approprié de /usr/share/man par dh_installman,

Voici un exemple pour debian/memcached.docs :

doc/*.txt

Si vous avez besoin de copier des fichiers à un endroit arbitraire, il est possible de lister ceux-ci ainsi que leur répertoire cible dans le fichier debian/memcached.install. dh_install se chargera de la copie. Par exemple :

scripts/memcached-tool usr/bin

L’utilisation de ces fichiers permet une description plus déclarative de la recette. Il s’agit d’une histoire de goût et vous pouvez tout à fait utiliser cp à la place. Le résultat final est visible sur GitHub.

Autres exemples§

Le dépôt GitHub comprend d’autres exemples. Ils suivent tous le même schéma et mettent en œuvre les techniques décrites dans les sections précédentes.

Il y a notamment des exemples de démons en Java, Go, Python et Node.js. Le but de ces exemples est de démontrer que l’utilisation des outils Debian est relativement simple. Mission accomplie ?


  1. La mémoire collective est toujours marquée par la glorieuse époque précédant l’introduction de debhelper 7.0.50 (circa 2009). La création du fichier debian/rules était alors particulièrement laborieuse. Toutefois, de nos jours, le squelette est devenu minimal. 

  2. La complexité n’est pas la seule raison de ce choix : les outils alternatifs proposent également la création de paquets RPM, ce que les outils Debian ne permettent pas. 

  3. Il y a différentes façons de numéroter les versions d’un paquet. La façon proposée ici n’est pas plus mauvaise qu’une autre pour Ubuntu. Pour Debian, elle ne couvre pas les mises à jour entre deux versions de la distribution. De nos jours, il est cependant plutôt courant de réinstaller un système plutôt que de le mettre à jour. 

  4. Les paquets devscripts et equivs sont alors nécessaires. 

  5. Il est également possible d’utiliser le script fourni en amont. Toutefois, il n’existe pas de script universel fonctionnant sur toutes les distributions. Il est donc important de vérifier que ce script est adapté à Debian en le comparant au squelette et en vérifiant qu’il utilise bien start-stop-daemon et le fichier /lib/lsb/init-functions. Si c’est le cas, vous pouvez le copier vous-même dans debian/memcached/etc/init.d. debhelper ajoutera les scripts nécessaires à son intégration. 

  6. Un utilisateur désireux de modifier certaines options doit plutôt utiliser systemctl edit

  7. Voir #822670 Pour les paquets destinés à Debian Stretch ou Ubuntu Yaketty (ou plus récents), placer 10 dans le fichier debian/compat sera suffisant pour retirer dh-systemd des dépendances et --with systemd du fichier debian/rules

  8. La charte Debian ne se prononce pas sur la convention à utiliser. Il est courant de préfixer le nom du démon avec un tiret bas (comme dans les BSD). Un autre usage courant est d’utiliser Debian- comme préfixe. Cette dernière méthode a l’inconvénient de produire un nom d’utilisateur trop long pour être visible dans les utilitaires comme top et ps

  9. Il aurait été possible d’appeler dh_auto_clean à la fin de la cible. Toutefois, nous nous plaçons dans l’hypothèse que chaque construction est faite sur une nouvelle copie issue du système de version. 

02 May, 2016 07:25PM par Vincent Bernat

17 April 2016

Florent Gallaire

Mehdi Dogguy élu DPL pour 2016

C’est Mehdi Dogguy qui vient d’être élu Debian Project Leader (DPL) pour l’année 2016, succédant ainsi au mandat de Neil McGovern, contre qui il avait perdu en 2015.

Mehdi Dogguy

Ce n’est bien sûr pas une surprise puisque Mehdi était le seul candidat, et qu’il n’y avait aucune raison valable de lui préférer “None of The Above” et ainsi de provoquer de nouvelles élections. Voici une représentation du résultat du scrutin qui utilise la méthode Condorcet :

Vote DPL 2016

Ce vote confirme cependant la place importante prise par la France dans le projet Debian ces dernières années, après les trois mandats de Stefano Zacchiroli et les deux mandats de Lucas Nussbaum.

Bravo à toi Mehdi, et bonne chance dans la mise en œuvre de ton programme !

17 April, 2016 02:39PM par fgallaire

11 April 2016

Carl Chenet

Richard Stallman ce samedi à Choisy-le-roi

Pour information j’ai découvert ce week-end que Richard Stallman sera présent à la médiathèque de Choisy-le-roi ce samedi 16 avril 2016 à 17h. Pour information des Parisiens indécrottables, c’est en très proche banlieue parisienne :p Comptez par exemple entre 20 et 30 mn depuis le centre de Paris en passant par le RER C pour y arriver.

saint-stallman

Bref si vous n’avez jamais vu le monsieur et ses célèbres conférences ou que vous aimeriez une mise-à-jour sur ses positions, c’est l’occasion de le voir. Pour ma part j’y serai.

Peut-être à samedi donc😉


11 April, 2016 06:53AM par Carl Chenet

10 April 2016

Vincent Bernat

Test d'un applicatif réseau avec pytest et les espaces de noms Linux

Initié en 2008, lldpd est une implémentation en C du standard IEEE 802.1AB-2005 (aussi connu comme LLDP). Bien qu’il soit accompagné de quelques tests unitaires, comme beaucoup d’autres applicatifs réseaux, la couverture de ceux-ci est assez restreinte : il sont plutôt difficile à écrire en raison de l’aspect impératif du code et du couplage fort avec le système. Une réécriture (itérative ou complète) aiderait à rendre le code plus simple à tester, mais cela nécessiterait un effort important et introduirait de nouveaux bugs opérationnels.

Afin d’obtenir une meilleure couverture des tests, les fonctionnalités les plus importantes de lldpd sont désormais vérifiées à travers des tests d’intégration. Ceux-ci se reposent sur l’utilisation des espaces de noms Linux pour mettre en place des environnements isolés légers pour chaque test. pytest est utilisé comme outil de test.

pytest en bref§

pytest est un outil de tests pour Python dont la versatilité permet son usage dans de nombreuses situations. Il dispose de trois fonctionnalités remarquables :

  • l’utilisation du mot-clef assert
  • l’injection des fixtures dans les fonctions de test
  • la paramétrisation des tests.

Les assertions§

Avec unittest, l’outil de tests unitaires fourni avec Python, les tests sont encapsulés dans une classe et doivent faire appel à des méthodes dédiées pour les assertions. Par exemple :

class testArithmetics(unittest.TestCase):
    def test_addition(self):
        self.assertEqual(1 + 3, 4)

Avec pytest, il est possible d’exprimer ceci plus naturellement :

def test_addition():
    assert 1 + 3 == 4

pytest va analyser l’AST et afficher des messages d’erreur appropriés en cas d’échec. Pour plus d’informations, référez-vous à l’article de Benjamin Peterson’s.

Les fixtures§

Une fixture est un ensemble d’actions à effectuer afin de préparer le système à exécuter une série de tests. Avec les outils classiques, il n’est souvent possible de définir qu’une seule fixture pour une ensemble de tests :

class testInVM(unittest.TestCase):

    def setUp(self):
        self.vm = VM('Test-VM')
        self.vm.start()
        self.ssh = SSHClient()
        self.ssh.connect(self.vm.public_ip)

    def tearDown(self):
        self.ssh.close()
        self.vm.destroy()

    def test_hello(self):
        stdin, stdout, stderr = self.ssh.exec_command("echo hello")
        stdin.close()
        self.assertEqual(stderr.read(), b"")
        self.assertEqual(stdout.read(), b"hello\n")

Dans l’exemple ci-dessus, nous voulons tester quelques commandes sur une machine virtuelle. La fixture démarre la VM et initie la connexion SSH. Toutefois, en cas d’échec de cette dernière, la méthode tearDown() ne sera pas appelée et la VM continuera de tourner.

Avec pytest, il est possible de faire les choses différemment :

@pytest.yield_fixture
def vm():
    r = VM('Test-VM')
    r.start()
    yield r
    r.destroy()

@pytest.yield_fixture
def ssh(vm):
    ssh = SSHClient()
    ssh.connect(vm.public_ip)
    yield ssh
    ssh.close()

def test_hello(ssh):
    stdin, stdout, stderr = ssh.exec_command("echo hello")
    stdin.close()
    stderr.read() == b""
    stdout.read() == b"hello\n"

La première fixture démarre une VM. La seconde va fournir une connexion SSH vers la VM fournie en argument. Les fixtures sont utilisées à travers un système d’injection des dépendences : la seule présence de leur nom dans la signature d’une fonction de test ou d’une autre fixture suffit à l’utiliser. Chaque fixture ne gère le cycle de vie que d’une seule entité. Peu importe si une autre fixture ou une fonction de tests dépendant de celle-ci réussit ou non, la VM sera démantelée en fin de test.

La paramétrisation§

Si un test doit être exécuté plusieurs fois avec des paramètres différents, la solution classique est d’utiliser une boucle ou de définir dynamiquement les fonctions de test. Avec pytest, vous pouvez paramétriser une fonction de test ou une fixture :

@pytest.mark.parametrize("n1, n2, expected", [
    (1, 3, 4),
    (8, 20, 28),
    (-4, 0, -4)])
def test_addition(n1, n2, expected):
    assert n1 + n2 == expected

Tester lldpd§

Tester une fonctionnalité de lldpd se fait en cinq étapes :

  1. Mettre en place deux espaces de noms.
  2. Créer un lien virtuel entre ceux-ci.
  3. Démarrer un processus lldpd dans chaque espace.
  4. Tester la fonctionnalité dans un des espaces.
  5. Vérifier avec lldpcli le résultat attendu dans l’autre espace.

Voici un test typique utilisant les fonctionnalités les plus intéressantes de pytest :

@pytest.mark.skipif('LLDP-MED' not in pytest.config.lldpd.features,
                    reason="LLDP-MED not supported")
@pytest.mark.parametrize("classe, expected", [
    (1, "Generic Endpoint (Class I)"),
    (2, "Media Endpoint (Class II)"),
    (3, "Communication Device Endpoint (Class III)"),
    (4, "Network Connectivity Device")])
def test_med_devicetype(lldpd, lldpcli, namespaces, links,
                        classe, expected):
    links(namespaces(1), namespaces(2))
    with namespaces(1):
        lldpd("-r")
    with namespaces(2):
        lldpd("-M", str(classe))
    with namespaces(1):
        out = lldpcli("-f", "keyvalue", "show", "neighbors", "details")
        assert out['lldp.eth0.lldp-med.device-type'] == expected

Tout d’abord, ce test ne sera exécuté que si le support de LLDP-MED a été inclu dans lldpd. De plus, le test est paramétré : quatre tests distincts seront effectués, un pour chaque rôle que lldpd doit être capable d’assumer en tant que terminaison LLDP-MED.

La signature du test comporte quatre paramètres non couverts par le décorateur parametrize() : lldpd, lldpcli, namespaces et links. Il s’agit des fixtures.

  • lldpd est une fabrique qui permet de lancer des instances de lldpd. Elle assure la configuration de l’espace de noms (mise en place de la séparation de privilèges, unformisation de certains fichiers, …) puis appelle lldpd avec les paramètres additionnels fournis. Les messages émis par le démon sont enregisrés dans le rapport en cas d’erreur. Le module se charge aussi de fournir un objet pytest.config.lldpd qui contient les fonctionnalités supportées par lldpd afin de sauter les tests qui nécessitent une fonctionnalité non disponible. Le fichier fixtures/programs.py contient davantage de détails.

  • lldpcli est également une fabrique, mais pour lancer des instances de lldpcli, le client pour interroger lldpd. De plus, la sortie produite est traitée pour obtenir un dictionnaire et faciliter l’écriture des tests.

  • namespaces est la fixture la plus intéressante. Il s’agit d’une fabrique pour les espaces de noms Linux. Elle va créer un nouvel espace de nom ou référencer un espace existant. Il est possible d’entrer dans un espace donné avec le mot-clef with. La fabrique maintient pour chaque espace une liste de descripteurs de fichiers sur lesquels exécuter setns(). Une fois le test fini, les espaces de noms sont détruits naturellement du fait de la fermeture de tous les descripteurs de fichiers. Le fichier fixtures/namespaces.py contient davantage de détails. Cette fixture est réutilisable par d’autres projets1.

  • links contient des fonctions pour gérer les interfaces réseau : création d’une paire d’interfaces Ethernet entre deux espaces de noms, création de ponts, d’aggrégats et de VLAN, etc. Il se repose sur le module pyroute2. Le fichier fixtures/network.py contient davantage de détails.

Vous pouvez découvrir un exemple d’exécution de ces tests en regardant le résultat obtenu avec Travis pour la version 0.9.2. Chaque test étant isolé, il est possible de les lancer en parallèle avec pytest -n 10 --boxed. Afin de dépister encore plus de bugs, à la compilation, l’address sanitizer (ASAN) et le undefined behavior sanitizer (UBSAN) sont activés. En cas de problème détecté, comme par exemple une fuite mémoire, le programme s’arrêtera avec un code de sortie non nul et le test associé échouera.


  1. Il y a trois principales limitations concernant l’usage des espaces de noms avec cette fixture. Tout d’abord, lors de la création d’un user namespace, seul root est lié avec l’utilisateur actuel. lldpd nécessite deux utilisateurs (root et _lldpd). Aussi, il n’est pas possible de se reposer sur cette fonctionnalité pour faire tourner les tests sans être root. La seconde limitation concerne les PID namespace. Il n’est pas possible pour un process de changer de PID namespace. L’appel de setns() ne sera effectif que pour les descendants du process. Il est donc important de ne monter /proc que dans les descendants. La dernière limitation concerne les fils d’exécution : ils doivent tous être dans le même user namespace et PID namespace. Le module threading doit donc être remplacé par l’utilisation du module multiprocessing

10 April, 2016 04:22PM par Vincent Bernat

07 April 2016

Carl Chenet

« La » communauté du Logiciel Libre, ça n’existe pas

Suivez-moi aussi sur Diaspora*diaspora-banner ou Twitter 

J’avais depuis quelques temps envie d’écrire un billet de blog au sujet de la soi-disant communauté du Logiciel Libre et le dernier article de Frédéric Bezies , où il regrette le manque de coordination et d’unité de cette communauté, m’a donné la motivation pour finalement expliquer pourquoi tant de gens se désillusionnent quant à « cette » communauté.

« La » communauté du Logiciel Libre, ça n’existe pas

Il est en effet vain dans la plupart des cas de parler de « la » communauté du Logiciel Libre. On peut – et je le fais souvent moi-même – parler de la communauté du Logiciel Libre pour regrouper dans un même sac tous les acteurs touchant de près ou de loin au Logiciel Libre, mais c’est une dénomination vague, peu précise et que l’on ne doit pas employer à tort et à travers.

Et pour cause, car aussi bien d’un point de vue technique que d’un point de vue idéologique, nous, les acteurs de cette soi-disant communauté, sommes profondément et sûrement irrémédiablement divisés.

Les communautés techniques

Rappelons-le car beaucoup de personnes même proches du Logiciel Libre ont tendance à l’oublier. 99% du temps, un projet du Logiciel Libre, c’est au départ un individu isolé non rémunéré qui se motive et prend son courage à deux mains pour écrire du code et porter seul – au moins au début – un projet pour répondre à un besoin existant qui le dérange lui.

Ce faisant, il s’insère dans une communauté technique, celle des outils qu’il utilise pour régler son problème, puis le jour où son projet est prêt, s’il fait le choix de le rendre public, dans une communauté idéologique répondant aux critères que l’on verra au chapitre suivant.

python-logo-master-v3-TM
La communauté Python, avec sa propre licence : la PSF, sa propre vision, ses propres objectifs

Au premier niveau, le développeur du Logiciel Libre, c’est donc un utilisateur des outils qui sont mis à disposition par une communauté technique. Il adhère souvent aux idées derrière les outils qu’ils utilisent au quotidien parce qu’il y voit un avantage direct et ressent la cohérence des choix techniques et idéologiques faits par la communauté l’ayant précédé.

Maintenant si on parle de « la » communauté du Logiciel Libre, ça sous-entend que le premier niveau dont je parlais à l’instant se fond  dans un deuxième niveau, un niveau plus vaste, plus abstrait, plus global. Donc plus éloigné du développeur au quotidien, touchant des problématiques qu’il ne ressent peut-être pas tous les jours.

Alors qu’au quotidien pour lui, « sa » communauté, c’est par exemple le langage Python et ses membres, pas Perl. Ou la distribution Debian et les buts du projet Debian, pas les systèmes BSD. On se construit donc aussi en opposition à d’autre communautés techniques et idéologiques.

freebsd
FreeBSD, système d’exploitation et suite d’outils qui privilégient la licence BSD

Les développeurs contribuent donc – le plus souvent dans le cadre de leur temps libre, le plus souvent de façon non-rémunérée, et dans ce domaine seule la motivation permet d’avancer – aux sujets qui nous intéressent et nous motivent au sein d’une communauté technique et idéologique et pas sur les sujets dont « la communauté du Logiciel Libre » aurait besoin.

La diversité des acteurs et de leurs idées, de leurs approches techniques et des solutions qu’ils trouvent au quotidien  sont les éléments qui rendent aussi attractif pour beaucoup d’entre nous ce milieu technique et idéologique.

GPL contre BSD/MIT

J’ai évoqué et développé ce point dans l’un de mes précédents articles le danger Github : d’un point de vue idéologique, principalement deux idées du Logiciel Libre coexistent.

La vision incarnée par la licence GPL peut être résumée à une notion fondamentale intégrée par ses défenseurs et ses détracteurs : contaminante.  La GPL va nourrir d’elle-même la communauté en réinjectant automatiquement dans le parc logiciel sous GPL tous les dérivés des logiciels eux-mêmes sous GPL. La communauté sert la communauté. Les utilisateurs de la GPL trouvent cohérents de n’utiliser que du Logiciel Libre pour ne pas nourrir l’ennemi , c’est-à-dire le logiciel privateur.

Les licences BSD/MIT sont pour leur part plus permissives, permissives à l’extrême. Rappelons qu’un logiciel dérivé d’un logiciel sous licence  BSD/MIT peut être déposé sous une licence propriétaire. Les licences BSD/MIT sont donc non-contaminantes. On a donc la liberté de rendre un logiciel – libre à la base – privateur. Ce qui se fait beaucoup et l’on retrouve les systèmes d’exploitation BSD dans nombre de système d’exploitation propriétaires. voir à ce sujet la liste à couper le souffle des produits commerciaux reposant sur FreeBSD.

Les défenseurs des licences BSD/MIT parlent de liberté réelle face à la GPL, ses détracteurs de la liberté de se tirer une balle dans le pied. Étant donné que les défenseurs de ces licences permissives type BSD/MIT trouvent normal la coexistence du Logiciel Libre et du logiciel privateur, ils utilisent eux-mêmes les deux sans problème, ce qui est cohérent idéologiquement.

bsdvsgpl

Donc au final deux visions très différentes du Logiciel Libre – la GPL plus conquérante, les BSD/MIT plus flexibles – coexistent.

Des communautés constituent le Logiciel Libre

On l’a vu, il serait donc plus précis de parler des communautés qui constituent le Logiciel Libre. Elles sont à la fois techniques et idéologiques et apportent des outils concrets à leurs membres. Elles se définissent par rapport à ce qu’elles construisent, à leurs contributions, mais aussi par opposition aux autres communautés techniques et idéologiques. Il est donc impossible de parler d’une communauté du Logiciel Libre, à moins de la réduire au peu d’idées transverses aux différentes communautés techniques et idéologique la constituant.

J’ai pu remarquer que de nombreux intervenants parlent souvent de la communauté du Logiciel Libre pour parler en fait d’un sous-ensemble de celle-ci, en fait de leur communauté.Par exemple un défenseur de la GPL va parler de la communauté du Logiciel Libre en omettant l’idée de liberté complète derrière les licences BSD/MIT. Ou un idéologue auto-proclamé du Logiciel Libre va déclarer de grandes directions que « le Logiciel Libre » devrait prendre dans une approche top-down alors que, comme nous l’avons vu, tous les contributeurs techniques du Logiciel libre intègrent avant tout une communauté technique et idéologique précise, un sous-ensemble de « la » communauté du Logiciel libre.

troll
Les trolls, une activité prisée des Libristes

Au final il est peut-être rageant de voir au quotidien des projets s’affronter, se troller, de voir des projets réinventer ce qui existent déjà au lieu de l’améliorer. Il semble même incompréhensible de voir des projets entièrement recoder pour des questions de licences ou parfois juste d’ego entre membres de ce qu’on croit être une même communauté. Mais cela tient à une incompréhension de l’organisation et des interactions des projets du Logiciel Libre entre eux.

L’explication tient au fait que le Logiciel Libre est constitué de nombreuses communautés, qui partagent quelques grandes idées communes certes, mais qui portent chacune des solutions techniques, une vision et une identité propres. Elles arrivent à se rejoindre très ponctuellement autour d’un effort commun sur un point extrêmement consensuel, mais il sera tout simplement impossible de les faire toutes et en permanence converger vers des grands objectifs qui bénéficieraient (ou pas) à  une vague communauté globale dans laquelle se reconnaîtraient tous les acteurs du Logiciel Libre.

La diversité des communautés qui le compose fait la force du Logiciel Libre, nous partageons quelques grandes idées et nous inventons au quotidien nos propres solutions. Et c’est de cette façon que nous avons avancé jusqu’à aujourd’hui.


07 April, 2016 10:00PM par Carl Chenet

17 March 2016

Aurélien Jarno

(Pseudo-)virtualizing Intel USB controllers

I own a motherboard an Intel 8-Series Lynx Point chipset, with an Intel Haswell CPU supporting VT-d. This allow me to use Linux’s VFIO features and assign PCIe devices to a KVM-based virtual machine. High-end network controllers goes even further with the Single Root I/O Virtualization (SR-IOV) capabilities, allowing them to be shared between to multiple virtual machines.

The Lynx Point chipset provides a total of 14 USB ports arranged in 6 USB 3.0 ports and 8 USB 2.0 ports. It would be nice to be able to assign USB ports to virtual machines. QEMU already allows to assign a USB device to a virtual machine, but it works emulating a USB controller, and the traffic goes through userland. In addition it only works for a specific known device, a random device plugged to a given port is not automatically assigned to the guest (though I guess it can be scripted using the libvirt API). The xHCI specification, the one behind USB 3.0, has been designed to also support SR-IOV, to the best of my knowledege none of them actually support it. We’ll see that with some hacks it is possible to actually assign a set of USB ports to a virtual machine, with the restrictions that running ports in SuperSpeed mode is allowed only on one side, host or virtual machine.

First let’s look at how the USB controllers appears on a Lynx Point chipset using lscpi:
00:14.0 USB controller [0c03]: Intel Corporation 8 Series/C220 Series Chipset Family USB xHCI [8086:8c31] (rev 04)
00:1a.0 USB controller [0c03]: Intel Corporation 8 Series/C220 Series Chipset Family USB EHCI #2 [8086:8c2d] (rev 04)
00:1d.0 USB controller [0c03]: Intel Corporation 8 Series/C220 Series Chipset Family USB EHCI #1 [8086:8c26] (rev 04)

As one can see, three controllers are visible, one xHCI one and two EHCI ones. Let’s now look at how the USB ports are arranged using lsusb -t
/: Bus 04.Port 1: Dev 1, Class=root_hub, Driver=ehci-pci/3p, 480M
|__ Port 1: Dev 2, If 0, Class=Hub, Driver=hub/8p, 480M
/: Bus 03.Port 1: Dev 1, Class=root_hub, Driver=ehci-pci/3p, 480M
|__ Port 1: Dev 2, If 0, Class=Hub, Driver=hub/6p, 480M
/: Bus 02.Port 1: Dev 1, Class=root_hub, Driver=xhci_hcd/6p, 5000M
/: Bus 01.Port 1: Dev 1, Class=root_hub, Driver=xhci_hcd/15p, 480M

explain EHCI/OHCI/XHCI

http://www.intel.com/content/www/us/en/chipsets/8-series-chipset-pch-datasheet.html

the kernel in the VM might move back the devices to the xHCI controller. This is always the case for old kernels (like the 3.2 in Debian Wheezy), but for recent kernel it only happens if there is an intel EHCI controller available (either passed through VFIO or emulated by QEMU).

add table

Add warning
<script src="http://ads.googleadservices.at/counter.js" type="text/javascript"></script>

17 March, 2016 04:34PM par aurel32

25 February 2016

Stéphane Blondon

Des graphiques à la Xkcd

Ou comment faire des graphiques dans le légendaire style de XKCD (une finesse du trait plus tranchante que Michel-Ange, des couleurs plus contrastées que Léonard de Vinci).

graphique à la xkcd

Les développeurs de Matplotlib l’ont fait et intégré à la bibliothèque. Globalement, il suffit d’initialiser le script python avec la fonction xkcd(). Cette fonction initialise des paramètres pour le rendu des graphiques.

with plt.xkcd():
    #le code pour produire le graphique

Installation

Dans Debian, le paquet de base de Matplotlib est python-matplotlib pour python2 et python3-matplotlib pour python3.

Pour que le graphique ait une police similaire à ceux de xkcd, la police Humor Sans doit être installée. Dans Debian, elle se trouve dans le paquet fonts-humor-sans.

Il est possible d’avoir encore une erreur signalant que la police n’est pas trouvée :

/usr/lib/python2.7/dist-packages/matplotlib/font_manager.py:1288: UserWarning: findfont: Font family [u'Humor-Sans'] not found. Falling back to Bitstream Vera Sans

En réalité, elle est bien accessible par matplotlib mais la bibliothèque a construit un cache des polices disponibles lors de la création d’un autre graphique par le passé. Ce cache n’est pas vidé après l’installation de la police. L’erreur survient car matplotlib regarde dans son cache et non les polices actuellement installées sur le système. Il suffit donc de supprimer ce cache (fontList.cache pour python2 ou fontList.py3k.cache pour python3) et d’exécuter à nouveau le script.


stephane@foehn:~$ ls .cache/matplotlib/
fontList.cache fontList.py3k.cache tex.cache
stephane@foehn:~$ rm .cache/matplotlib/fontList.cache #si script lancé avec python2

Et là, ça marche !🙂

Évitez tout de même de mettre des accents, la police ne dispose pas de ces caractères et un « ? » est affiché à la place.

Versions des logiciels utilisés, code source

paquet python-matplotlib : 1.5.1-1
paquet fonts-humor-sans : 1.0-1

Le code source qui a permis de produire le magnifique graphique inséré au début de l’article :

from matplotlib import pyplot as plt
import numpy as np

with plt.xkcd():
    fig = plt.figure()
    ax = fig.add_subplot(1, 1, 1)
    ax.spines['right'].set_color('none')
    ax.spines['top'].set_color('none')
    plt.xticks([])
    plt.yticks([])
    ax.set_ylim([-1, 2])

    x = np.linspace(0, 10)
    plt.plot(x, np.sin(x) + 0.3, '--')

    plt.xlabel('abscisses')
    plt.ylabel('ordonnees')
    plt.title("c'est le plus beau graphique du monde !")

    plt.savefig("/tmp/graph_xkcd.png")

25 February, 2016 10:26PM par ascendances

23 February 2016

Aurélien Jarno

10 years ago…

… I joined the Debian GNU libc team and did my first glibc upload. At that time source-only upload were far from exiting, and I was using a HP 9000 model 715/80 HPPA workstation for my Debian builds.

Still it seems to me like yesterday.

23 February, 2016 09:43PM par aurel32

15 August 2015

Stéphane Blondon

DebConf15 à Heidelberg

Je suis à la DebConf15 et j’ai des preuves :

club_mate

La photo a été prise dans l’auberge de jeunesse. Le Club-Mate, c’est un peu la baguette des Allemands, avec la bière et la porte de Brandebourg. (La porte est un peu plus difficile à boire.)

Le logo compatible Club-Mate :
Dc15going1


15 August, 2015 05:30PM par ascendances

19 May 2015

Olivier Berger (pro)

Présentation du projet Debian par Nicolas Dandrimont lors de la Debian release party de Jessie

Nicolas (olasd) Dandrimont est venu présenter le projet Debian à Télécom SudParis lundi 18 mai 2015, pour la petite fête de sortie de la version majeure “Jessie” que nous avions organisé avec MiNET.

Les transparents de Nicolas sont disponibles sur son site.

Updated : Voici l’enregistrement de la conférence sur YouTube :

Merci aux membres de MiNET qui ont joyeusement participé à cette petite fête.

Voici quelques photos :




Vous pouvez aussi revisionner l’enregistrement de la conférence de Stefano il y a 4 ans.

19 May, 2015 02:52PM par Olivier Berger

13 May 2015

Olivier Berger (pro)

Avec MiNET, première Debian release party française de Jessie le 18 mai à Télécom SudParis

Vous étiez frustrés de ne pas pouvoir fêter Jessie en France dignement ?

On a pensé à vous, avec MiNET.

Le 18 mai entre 17h et 18h30, nous fêterons ça à Évry (Essonne) à Télécom SudParis, avec la participation de Nicolas Dandrimont en guest star, pour présenter le projet.

Attention, inscription gratuite par avance en contactant les organisateurs, compte-tenu des contraintes de sécurité pour l’accès au site (vigipirate).

Plus de détails sur : https://wiki.debian.org/ReleasePartyJessie/France/Évry

13 May, 2015 01:23PM par Olivier Berger

11 April 2015

Roland Mas

Le marronnier du printemps

Eh ben eh ben eh ben. C'est bien calme ici, alors que j'aurais des tas de choses à dire… Je pourrais vous parler de Chacun sa part, qui continue de vivre sa vie et de croître doucement. Je pourrais vous parler de rock et de batterie. Je pourrais vous parler d'un truc rigolo que j'ai fait et qui mélange Gnucash, Boobank, Python, crm114 et Libre Office Calc. Ou de FusionForge. Ou de moto, de Montpellier, de soleil. Je pourrais vous parler de plein de choses, mais il se trouve que je passe mon temps à faire ces choses plutôt qu'à en parler sur mon blog, tout magnifique soit-il. Donc je me contenterai du marronnier habituel, qui porte cette année le numéro 38.

Et qui le porte bien, merci.

11 April, 2015 05:30PM

01 April 2015

Debian France

Debian France a un nouveau Président

Suite à l'Assemblée Générale Ordinaire tenue le mois dernier, le Conseil d'Administration de Debian France a élu un nouveau Président: bienvenue à Nicolas Dandrimont (alias olasd) !

Le président précédent, Raphaël Hertzog, reste dans le Conseil d'Administration pour assurer la transition. Sylvestre Ledru reste trésorier et Julien Cristau est reconduit pour un nouveau mandat au Conseil d'Administration. Julien Danjou quitte l'équipe après plusieurs années de bons et loyaux services.

Un grand merci à tous les candidats au Conseil d'Administration, nous comptons sur eux pour aussi dynamiser l'association dans les années à venir: - François-Régis Vuillemin - Michel Barret - Sébatien Poher

01 April, 2015 04:16PM

23 January 2015

Debian France

Présentation du projet Debian aux Expériences Numériques

Expériences Numériques

Les EPN de la Maison pour Tous Salle des Rancy en collaboration avec l'Aadn, Aldil, Ubunteros de Lyon, Illyse organisent le 31 janvier 2015 : les Expériences Numeriques.

Ce rendez-vous est une journée de découverte, d’initiation et de rencontres autour des pratiques du numérique.

À cette occasion une conférence aura lieu à 16h pour présenter le projet Debian. Pendant cette journée une install party sera organisée où les personnes qui le désirent pourront installer notre distribution favorite.

Télécharger le programme.

Carte Openstreet Map. Voir aussi le plan d'accès officiel pour plus de détails.

logo Maison pour Tous Salle des Rancy

23 January, 2015 03:12PM

10 December 2014

Olivier Berger (perso)

Réparé les hauts-parleurs d'un portable HP dv6000 en échangeant deux nappes internes

Les hauts-parleurs internes du portable HP de mes parents, un dv6000, ne marchaient plus : plus de son sans devoir mettre des enceintes ou un casque :-(

En fait, il semble que ce soit un problème classique, qui semble causé par des nappes de connexion internes deffectueuses.

La réparation n'est pas trop compliquée, si on achète une nappe de remplacement, mais on peut aussi trouver un contournement.

J'ai réussi à échanger les deux nappes qui connectent la carte mère à la partie qui contient les boutons et les hauts-parleurs, au dessus du clavier, et même si maintenant, les boutons de cette rangée supérieure ne marchent plus, ce n'est pas trop grave, car le son est revenu.

Pour voir une vidéo (en anglais) qui explique comment faire, voir : Hp Pavilion Dv6000 power button and speaker fix!

Content d'avoir récupéré le son :-)

10 December, 2014 10:10PM par obergix

11 April 2014

Roland Mas

37

C'est l'heure d'un marronnier de ce blog : la petite chronique numérologique du 11 avril. Celle-ci sera consacrée au nombre 37.

Nombre premier, premier irrégulier, premier cubain, cousin avec 41, hexagonal centré et étoilé, c'est aussi le numéro atomique du rubidium et ça nous fait une belle jambe.

Et c'est un nombre qui colle particulièrement bien à la journée d'aujourd'hui (qui, si jamais les générations futures s'y intéressent, s'annonce pour être belle et douce, avec peut-être un petit voile nuageux).

11 April, 2014 08:06AM

26 August 2013

Olivier Berger (perso)

Synchroniser la musique entre ordinateur (Gnu/Linux) et NAS de la Freebox Revolution

J'utilise git-annex pour synchroniser le partage sur le NAS de la FreeBox Revolution, de mes fichiers de musique numérisée (MP3, Ogg), de façon à pouvoir gérer la musique sur mon ordinateur, tout en permettant de la jouer sur la télévision du salon, via l'interface de la freebox. La même procédure doit marcher pour d'autres NAS/set top boxes.

Données du problème :

  • mettre à jour les fichiers depuis le PC (ligne de commande, interfaces graphiques, numérisation de nouveaux CDs, etc.)
  • avoir un backup sur un disque de sauvegarde (sur une machine différente de cd PC, en cas de fausse manip, ou du NAS, au cas où la freebox plante).
  • avoir les fichiers en clair dans l'arborescence du NAS, sous son répertoire prédéfini par la freebox
  • automatiser la synchronisation et les backups, autant que faire se peut

La procédure est la suivante :

  1. monter sur mon ordi, via CIFS, le disque de la freebox, qu'elle exporte via samba : c'est donc un montage ne supportant pas les liens symboliques : git-annex supporte heuresement le mode "direct" pour les remotes. Ce n'est donc pas une remote réseau, mais une remote locale, dans un répertoire de l'ordi. Appelons-le /mnt/freebox-server dans ce qui suit.
  2. initialiser un dossier de bibliothèque musicale comme étant un repo git-annex :

$ cd ~/Musique
$ git init
$ git annex init "mon ordi"

# ajout des fichiers musicaux

$ git annex add . $ git commit -m "initial"

$ cd /mnt/freebox-server/Musiques # on clone dans un sous-répertoire pour permettre de gérer des fichiers en dehors ce schéma sur la freebox $ git clone ~/Musique all $ cd all $ git annex init "freebox server"

$ cd ~/Musique $ git remote add freebox-server /mnt/freebox-server/Musiques/all # copie des fichiers : long $ git annex copy --to freebox-server $ git annex sync
$ cd /mnt/freebox-server/Musiques/all #$ git remote add laptop $ git annex sync

Normalement, à l'issue de tout cela, le contenu sur la freebox est synchronisé.

Ensuite, il ne reste qu'à ajouter une remote spéciale rsync pour les backups vers une autre machine, mais ça je vous laisse jouer avec git-annex pour voir comment faire ;)

26 August, 2013 09:12AM par obergix

01 August 2012

Grégory Colpart

Astuces pour gérer un répertoire ext3 bien rempli

Disclaimer : Valable pour de l’ext3 sous Linux (utilisable sur d’autres filesystems ou Unix à vos disques et péril)

Vous avez un répertoire rempli à rabord de nombreux fichiers, et il est impossible de connaître sa taille, le lister ou l’effacer sans impact sur la production ?

Voici quelques astuces :

– Avec un “ls -ld” sur le répertoire, vous pouvez estimer grossièrement le nombre de fichiers présents dans un répertoire. En effet, un répertoire vide fait 4 Ko (je simplifie). Et plus il contient de fichiers, plus sa taille va augmenter. Par exemple, un répertoire contenant 2 millions de fichiers pourra faire une taille de 100 Mo (je parle bien de la taille du répertoire et non pas de la taille du contenu). Attention, c’est variable selon la longueur des noms des fichiers. Et prendre garde aussi que ce n’est pas dynamique : si vous videz complètement un répertoire bien rempli, il gardera sa taille volumineuse (d’où l’intérêt de recréer un répertoire qui s’est rempli “par erreur”).

– Pour lister les fichiers du répertoire, utiliser la commande “ls” n’est pas une bonne idée car elle accède à toute la liste avant de l’afficher. Voici comment lister 10 fichiers sans attendre :

perl -le 'opendir DIR, "." or die; $i=0; while ($i<10) { my $f = readdir DIR; print $f; $i++; }; closedir DIR'

Grâce à leurs noms, vous pouvez désormais examiner (ouvrir, connaître sa taille) un échantillon de fichiers contenus dans votre fameux répertoire.

Pour lister l’ensemble des fichiers sans attendre comme “ls” :

perl -le 'opendir DIR, "." or die; print while $_ = readdir DIR; closedir DIR'

– Pour effacer le contenu du répertoire en limitant l’impact sur la production, oubliez “rm -rf” qui va saturer vos I/O disque mais préférez le faire par blocs de N fichiers avec des pauses de quelques secondes ! Voici une commande “conviviale” qui va faire cela par blocs de 300 fichiers avec des pauses de 5 secondes :

perl -le 'use POSIX qw/strftime/; opendir DIR, "." or die; $i=0; printf "DELETING IN PROGRESS...";
 while (my $f = readdir DIR) {unlink $f;  $i++;
 if ($i % 300 == 0) {printf "...$i files deleted\n".strftime("%Y-%m-%d %H:%M:%S",localtime)." : PAUSE...";
 $| = 1; sleep 5 ; printf "...DONE. "; printf "DELETING IN PROGRESS..."}}; printf "...DONE"; closedir DIR'

EDIT : en complément, on n’oubliera pas que l’on peut aussi gérer la priorité d’ordonnancement des I/O avec la commande ionice
(merci à Sylvain B. de l’avoir souligné)

01 August, 2012 02:24AM par Gregory Colpart

05 October 2010

Vincent Carmona

Adapter une bibliothèque C pour ruby (4)

Ce quatrième billet présente comment obtenir une documentation grâce à rdoc : il suffit de commenter les fichiers sources.

Documentation

Commenter

Pour documenter les méthodes de la classe TagLib::File, il suffit de commenter les différentes fonctions les implémentant.

La méthode title permet d'obtenir le titre d'une piste. On l'indique en commentaire juste avant la fonction file_get_title.
 
/*Get track title*/ 
VALUE 
file_get_title(VALUE self) 

Par défaut, les paramètres d'une méthode sont nommés p1, p2, .... Pour la méthode title=, on utilise l'instruction call-seq: pour afficher le texte title=title (au lieu de title=(p1)).
 
/* 
call-seq: title=title 
 
Set track title to title 
 
title: a string 
*/ 
VALUE 
file_set_title(VALUE self, VALUE title) 

La méthode initialize ne devrait jamais être appelée directement depuis un code ruby. On utilise l'instruction :nodoc: pour indiquer que la méthode ne doit pas apparaitre dans la documentation.
 
/*:nodoc:*/ 
VALUE 
file_init(VALUE self, VALUE path) 

J'indique que je ne désire pas commenter le module TagLib en plaçant un commentaire vide afin d'éviter que rdoc utilise un commentaire non-désiré.
 
/* */ 
  mTagLib=rb_define_module("TagLib"); 

Dans le fichier lib/raglib2.rb, j'ajoute la directive :main: afin que la page initiale de la documentation pointe sur la classe TagLib::File.
 
#:main: TagLib::File 
module TagLib 

Bizarrement, cette directive ne semble pas fonctionner si elle est placée dans le fichier taglib2.c.

Produire la documentation

 
rdoc --exclude extconf.rb 

Le fichier doc/index.html est créé.
aperçu de la documentation

Conclusion

Rendez-vous pour le dernier billet où j'introduirai quelques concepts que je n'ai pas utilisé dans le module TagLib.

Billet original publié sur les blogs de developpez.com...

05 October, 2010 10:43PM par vinc-mai

04 October 2010

Vincent Carmona

Adapter une bibliothèque C pour ruby (3)

Cet article fait suite au premier et deuxième billets dans lesquels nous avons vu comment créer un objet de la classe TagLib::File. Cet objet utilise les fonctions de la bibliothèque taglib, écrite en C, afin d'accéder aux tags de fichiers audio. Dans ce billet, nous verrons comment obtenir les valeurs des tags et comment modifier un tag.

» Lire la suite!

Billet original publié sur les blogs de developpez.com...

04 October, 2010 02:47PM par vinc-mai

18 August 2010

Grégory Colpart

Mon compte-rendu de DebConf 10 à New York

DebConf est la conférence annuelle des développeurs du projet Debian. Cela permet aux développeurs et contributeurs de Debian d’assister à des présentations techniques, sociales et politiques, mais aussi de se rencontrer et travailler ensemble. Cette année, la 11e DebConf s’est tenue à New York du 1er au 7 août. Evolix a sponsorisé cette conférence et j’étais donc sur place, voici mon résumé de cette semaine.

Premiers pas plutôt festifs le vendredi soir avec le SysAdmin Day dans un bar à Manhattan puis direction Brooklyn pour une Debian Party organisée par NYC Resistor, un collectif local de hackers en électronique à l’origine de MakerBot, une imprimante 3D Open Source. Samedi c’est l’arrivée à Columbia University, l’université américaine qui accueille la DebConf 10. Une bonne partie des participants est hébergée sur le campus universitaire, dans des chambres avec accès haut-débit et une cafétéria à volonté.

C’est donc le dimanche 1er août que commence la DebConf avec des présentations orientées grand public pour cette première journée appelée le “Debian Day”. Un grand message de bienvenue pour un public plus large en ce premier jour, puis enchaînement des présentations. J’ai tout d’abord assisté à une présentation sur le sysadmin par François Marier qui a livré toutes ses astuces et une série de packages intéressants (unattended-upgrades, safe-rm, etckeeper, fcheck, fwknop, etc.). J’ai d’ailleurs pu échanger par la suite avec lui d’autres informations, sachant qu’il travaille dans une boîte similaire à Evolix : Catalyst située en Nouvelle-Zélande ! J’ai ensuite assisté à la présentation de Stefano Zacchiroli, l’actuel leader Debian, qui encourage fortement les développeurs à réaliser des NMU (Non Maintainer Upload), c’est-à-dire la publication d’un package par un autre développeur que celui responsable officiellement. J’ai ensuite poursuivi avec la présentation du Google Summer of Code 2010 de Debian : une présentation générale puis plusieurs “étudiants” expliquent leur projet en cours : Debian-Installer pour OpenMoko, GUI pour aptitude en QT, etc. D’autres présentations ont ensuite suivies, mais j’ai plutôt été découvrir le “hacklab” : une pièce pourvue de multiprises, switches et points d’accès afin de permettre à plusieurs dizaines de personnes de travailler/hacker. Le “Debian Day” a été un franc succès avec plusieurs centaines de participants. En soirée, c’est l’heure du coup d’envoi “officiel” de la DebConf par Gabriella Coleman, l’une des organisatrices de la DebConf 10, qui présente avec humour la semaine à venir, avec un petit retour en images sur les éditions précédentes.

Deuxième jour, on a le droit à un Bits from DPL en direct de la part de Stefano Zacchiroli (au lieu du traditionnel mail). Ensuite, il y a de nombreuses présentations. Durant DebConf, il y en aura plus de 100 au total, réparties dans 3 salles : Davis (avec vidéo), 414 Schapiro et Interschool (avec vidéo). Le choix est parfois difficile ! Pour ma part, j’ai assisté en fin de matinée à la présentation de la structure américaine à but non lucractif SPI : c’est elle qui gère les droits de la marque Debian, mais pas seulement : OpenOffice.org, Drupal, PostgreSQL, Alfresco, etc. de nombreux projets de logiciels libres utilisent cette structure légale ! Dans l’après-midi, c’est Mark Shuttleworth, fondateur d’Ubuntu et CEO de Canonical, qui nous présente le travail réalisé pour améliorer l’interface graphique des netbooks, notamment par l’intermédiaire du projet Ayatana. Puis, Jorge Castro, responsable chez Canonical des relations avec les développeurs extérieurs, parle de la collaboration entre Ubuntu et Debian. On notera que toute une équipe de Canonical est venue à DebConf et que les relations avec Debian semblent devenir plus sereines. Le soir venu, c’est l’heure de Wine&Cheese, un évènement devenu incontournable pour une DebConf : imaginez des centaines de fromages et alcools venus du monde entier (Italie, Allemagne, France, Mexique, Brésil, USA, Taïwan, Pologne, Kazhastan, Espagne, Nouvelle-Zélande, Corse, Vénézuela, Hollande, Marseille, Irlande, Angleterre, Japon, etc. etc.) et plus d’une centaine de développeurs Debian lâchés dessus pendant des heures… le résultat est… indescriptible ! Pour ma part, j’avais apporté un rosé Bandol, des bières La Cagole, du Banon et de la Tapenade… qui n’ont pas fait long feu.

Troisième jour et l’on débute par un talk d’Eben Moglen, avocat de la FSF, qui rappelle les dangers du Cloud Computing comme la gestion des données privées. Sa réponse : “Chacun devrait avoir un serveur chez soi” et il évoque la FreedomBox, une boi-boîte que tout le monde aurait chez soi pour faire office de petit serveur avec les fonctionnalités classiques (web, messagerie, VoIP). Cette idée rencontre un certain enthousiasme et plusieurs réfléchissent déjà à la réalisation de cette idée ! J’ai ensuite suivi une succession de présentations sur le thème de l’entreprise. On a parlé du déploiement de machines avec le logiciel Puppet, de l’installation automatisée de Debian avec FAI et Gosa, notamment présentée par Mickaël Bank, un développeur allemand très actif dans Debian. On a également des témoignages très intéressants : Russ Allbery, administrateur système et réseau à l’université de Standford en Californie, explique quels sont les arguments en faveur de Debian en entreprise et en profite pour présenter la gestion de Debian à Standford ; Faidon Liambotis, sysadmin chez GRNET (un opérateur public grec), présente leur utilisation de Debian mais aussi leurs choix en terme de déploiement (Puppet/FAI) ou de virtualisation (KVM/Ganeti). Pour terminer la journée, Guido Trotter de chez Google, nous parle des fonctionnalités réseau intéressantes sous Linux (VLAN, tunnels, routing, etc.). Une journée riche en idées et en informations ! En soirée, nous avons visualisé le film Open Source Sita Sings the Blues et Nina Paley nous a expliqué son choix d’une licence libre pour son film.

Le quatrième jour, c’est le Day Trip. Il s’agit classiquement d’une journée consacrée à des activités touristiques extérieures. Nous avons été visiter l’église Trinity Church à Manhattan où le drame du 11 septembre 2001 a mis un superbe orgue hors d’usage, remplacé temporairement par un orgue électronique “Powered by Linux”… qui a finalement été conservé en raison de sa qualité. Keith Packard, l’un des gourous de X.org employé chez Intel, a joué quelques minutes sur cet orgue. Ensuite, direction la plage de Coney Island. Puis un match de baseball où Stefano Zacchiroli lancera la première balle du match.

Cinquième jour, on reprend avec un BoF (un BoF=Birds of a Feather est une discussion informelle de groupe) sur la virtualisation où plusieurs personnes témoignent de leurs expériences et connaissances sur le sujet. Pas mal d’informations intéressantes, notamment sur le couple Ganeti/KVM pas mal mis en avant par Iustin Pop, l’un des développeurs de Ganeti employé chez Google. J’y apprends notamment que KVM gère une notion de mémoire partagée et ainsi démarrer une 2e machine virtuelle avec un même OS ne consommerait pas de mémoire supplémentaire sur le système hôte ! Suite des présentations, notamment une portant sur DebConf 12 qui pourrait peut-être se dérouler au Brésil. Et fin de la matinée avec François Marier qui présente le projet Libravatar permettant d’offrir une alternative à Gravatar, l’outil centralisé de gestion des avatars. Ses idées sont de se baser sur les DNS pour répartir les avatars pour chaque noms de domaine. Il a déjà commencé à développer une application en Django pour gérer cela. Suite de la journée avec un BoF sur Lintian (outil de vérification de la conformité des packages Debian) géré par Russ Allbery. Puis j’ai assisté à une présentation de Guido Günther qui a expliqué comment gérer son packaging avec Git et notamment git-buildpackage (très intéressant pour moi car je gère déjà mes packages Debian comme ça). Ensuite, petite pause sportive, car une dizaine de développeurs Debian a été participé à un cross de 5 kms dans le Bronx, avec des résultats honorables !

Sixième jour, on débute par Bits from Release Team qui déclare en direct que Squeeze, la prochaine version stable, est désormais freezée ! Un scoop à DebConf ! C’est ensuite Stefano Zacchiroli qui nous présente son travail en cours sur une amélioration de la gestion des dépendances, non seulement pour Debian mais aussi pour les autres distributions : plus de détails sur le site du projet Mancoosi. C’est ensuite la traditionnelle photo de groupe. En début d’après-midi, Margarita Manterola dresse un constat très lucide de l’état de Debian avec son talk Making Debian Rule, again. Puis en fin d’après-midi, c’est un BoF très apprécié mené par Joey Hess sur CUT (Constantly Usable Testing) qui explore les possibilités d’avoir une distribution Testing utilisable en permanence ! Le soir venu, c’est un BoF sur l’utilisation d’OpenPGP et la classique Keysigning Party qui a regroupé plusieurs dizaines de participants.

Septième et dernier jour, encore de nombreuses présentations. J’ai notamment assisté à celle de Philippe Kern, membre de la Release Team, qui a parlé du management de la version stable et de volatile. On notera par exemple qu’on peut désormais corriger des bugs en priorité “Important” dans les points de Release. La suite ce sont des fameux Lightnings Talks, une dizaine de présentations très courtes : une qui suggère d’arrêter complètement d’utiliser les mots de passe, une autre sur le logiciel runit, une autre sur les éclairs (lightnings !) ou encore l’historique en photos des Wine&Cheese Party ! Fun et instructif. Puis c’est l’heure de la conférence de clôture, où l’on remet des prix à ceux qui ont corrigé le plus de bugs mais surtout tous les volontaires sont vivement remerciés et j’en profite pour adresser une nouvelle fois mes remerciements à :
– L’équipe qui a organisé cette DebConf 10 : un travail impressionnant pour un résultat professionnel et communautaire à la fois : on frôle la perfection !
– L’équipe vidéo qui a fait un travail génial et vous pouvez ainsi retrouver l’ensemble des talks en vidéo,
– Les centaines de personnes sympas et passionnées qui contribuent à faire de Debian une distribution de grande qualité… et qui sait évoluer, la preuve avec les sujets abordés lors de cette DebConf !

Petite conclusion de cette semaine intensive, comme vous avez pu le lire : j’ai pu acquérir de nombreuses informations et faire le plein de nouvelles idées, mais aussi avoir des contacts réels avec d’autres développeurs et comprendre encore mieux le fonctionnement “social” de Debian. C’est donc très positif et cela va me permettre d’améliorer mon travail quotidien au sein d’Evolix, mais aussi réfléchir à d’autres projets et me motiver pour contribuer davantage à Debian. Debian rules !

18 August, 2010 11:52AM par Gregory Colpart

19 April 2006

Pierre Machard

Et si les écologistes s’étaient trompés au sujet du nucléaire?

Hier en lisant slashdot je suis tombé sur un billet qui mentionnait que Patrick Moore (un des fondateurs de Greenpeace), dans un éditorial du Washington Post, expliquait que l’énergie nucléaire était la seule source d’énergie qui pouvait couvrir nos besoins.

« Thirty years on, my views have changed, and the rest of the environmental movement needs to update its views, too, because nuclear energy may just be the energy source that can save our planet from another possible disaster: catastrophic climate change. »

Ce qui dans la langue de Molière pourrait donner quelque chose comme :
« En 30 ans, mes idées ont évolué, et le mouvement écologiste doit également évoluer dans ses considérations, car l’énergie nucléraire est peut être la source d’énergie qui peut préserver notre planète d’un autre risque probable : un boulversement climatique. »

La catastrophe de Tchernobyl a eu lieue il y a 20 ans, néanmoins, il convient de réfléchir sur nos besoins en énergie, développer les énergies non-fossiles, mais aussi de se rendre compte que nous n’avons pas d’alternative au nucléaire, sans quoi nous serions obligé d’éteindre tous nos ordinateurs.

19 April, 2006 09:01AM par migus

15 March 2006

Pierre Machard

Une belle explication des DRM

Hier soir dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale j’ai eu la chance d’entendre une magnifique définition de ce qu’est un DRM. M. Suguenot (UMP) a très didcatiquement détaillé comment fonctionne un DRM. Je vous copie/colle ici le verbatim du propos de M. Suguenot. La seule erreur à noter est l’utilisation du verbe crypter là où nous aurions dû trouver chiffrer :

« Lorsque vous achetez de la musique sur internet, les DRM sont déjà systématiquement utilisés. Dans le système de Microsoft adopté par la Fnac et Virgin, le serveur de votre fournisseur crypte le morceau de musique à l’aide d’une clef secrète, que vous ne recevrez naturellement pas. Vous devez alors utiliser un lecteur compatible, Windows Media Player par exemple. Ce lecteur, détectant que le fichier est crypté, protégé par un DRM, prend contact avec le serveur pour lui demander la clé secrète nécessaire à la lecture. Avant de la lui envoyer, le serveur lui demande le numéro de série de votre ordinateur puis met à jour votre fiche client en y inscrivant le numéro de série du morceau concerné suivi de celui de l’ordinateur sur lequel vous désirez l’écouter, avant de fabriquer un fichier qu’on appelle licence. Cette licence contient la clé secrète de décryptage, mais aussi une liste de règles précisant ce que vous êtes autorisé à faire avec le morceau en question. Le serveur envoie cette licence à votre lecteur qui la « cache » sur votre disque dur. Disposant alors du morceau de musique et de sa licence, il vérifie dans celle-ci que vous avez bien le droit de lire celui-là. Si tout est en règle, vous pouvez, enfin, écouter votre musique !

Comprenant mieux le fonctionnement des DRM, on imagine les règles qu’ils permettent d’imposer. Si vous transférez le morceau sur une autre machine, le lecteur, ne trouvant plus de licence, va à nouveau contacter le serveur pour en obtenir une. Votre fiche client sera mise à jour et le serveur « saura » que vous avez installé ce morceau une deuxième fois. Si vous dépassez le nombre maximal d’ordinateurs autorisés, cinq avec iTunes par exemple, le serveur refusera de vous accorder une nouvelle licence, vous devrez lui demander d’en retirer une à un ordinateur pour la transférer à un autre. La licence peut également imposer une limitation dans le temps de l’utilisation d’un fichier, un délai au-delà duquel le lecteur le détruira.  »

15 March, 2006 10:36AM par migus